Accueil / Santé / Myome utérin : symptômes, diagnostic et traitement

Myome utérin : symptômes, diagnostic et traitement

Le myome utérin est une tumeur utérine, qui représente l’une des tumeurs pelviennes bénignes les plus courantes chez les femmes. Ils sont généralement asymptomatiques, ce qui souligne l’importance de passer des examens de routine chez le gynécologue pour toutes les femmes en âge de procréer. Actuellement, il existe de nombreuses options de traitement qui incluent une gestion pharmacologique et chirurgicale.

Qu’est-ce qu’un myome utérin ?

Un fibrome sous-séreux est une tumeur qui se compose de fibres musculaires et de collagène provenant de l’utérus. Il se situe sur la partie la plus externe de l’utérus, en saillie dans le bassin.

Les fibromes sont la cause la plus fréquente de tumeurs pelviennes solides chez les femmes. En effet, 20 à 40 % des femmes en âge de procréer en sont atteintes.  On les appellent par d’autres noms tels que léiomyomes ou fibromyomes.

Pourquoi se produit-il un myome utérin ?

Mutation génetique

Le myome utérin débute par une croissance anormale de cellules musculaires lisses et d’éléments fibreux qui forment l’utérus. Il n’existe pas de cause spécifique des fibromes utérins. On croit que certaines mutations génétiques prédisposent certaines femmes à développer des fibromes.

Les fibromes sont fortement s’associent à l’exposition aux œstrogènes et à la progestérone dans le sang. Elles sont en fait très rares pendant la puberté. En outre , ils se produisent plus fréquemment pendant les années de reproduction. Leurs régression commence après la ménopause.

Les différents types de fibromes ?

Selon leur localisation dans l’utérus les fibromes sont différents. L’utérus est un organe qui se trouve dans la cavité utérine. La paroi de l’utérus est constituée de trois couches de cellules. La couche la plus externe est la séreuse ou le périmétrium qui est constitué du péritoine et des tissus de soutien.  Le myomètre est la couche intermédiaire , formé par des fibres musculaires lisses entrelacées. La couche interne est l’endomètre, une couche muqueuse contenant des cellules spéciales qui s’écaillent à chaque cycle menstruel.

Les fibromes peuvent se développer dans n’importe quelle position du myomètre. Ils sont classés en :

Fibromes intra-muros

Ce fibrome se limite à la paroi musculaire ou au myomètre. Elles sont généralement multiples et de formes rares qui modifient l’anatomie de l’utérus.

Fibromes sous-séreux

Les fibromes sous-séreux sont ceux qui poussent très près de la couche séreuse, qui s’étendent dans la cavité pelvienne.

Fibromes sous-muqueux

Les fibromes sous-muqueux sont ceux qui poussent très près de la couche muqueuse et s’étendent dans la cavité utérine. Elles peuvent provoquer l’atrophie et l’érosion de la muqueuse endométriale, entraînant un saignement utérin anormal.

Myome pédonculé

Le myome pédonculé est causé par l’effet de la tension musculaire dans l’utérus, qui tente d’expulser la tumeur. Il en résulte une tumeur séparée de la paroi utérine par un petit pont de tissu.

Le myome utérin est-il dangereux ?

Il existe de nombreux facteurs de risque de développer un myome sous-séreux ou d’autres types de myomes.

  • Âge et parité : le risque de développer un fibrome sous-sérosal augmente avec le début des règles à un âge précoce. Chez les femmes ménopausées, le risque diminue de 70 à 90 %. Le risque diminue à mesure que le nombre de grossesses augmente.
  • Ethnie : cette maladie est plus fréquente chez les femmes noires.
  • Utilisation de contraceptifs oraux : les femmes qui utilisent des contraceptifs oraux ont un risque légèrement réduit de développer un myome sous-serosal.
  • Poids : l’obésité due à la stimulation hormonale augmente le risque de myomatose.
  • Alimentation : la viande rouge et le jambon augmentent l’incidence des fibromes sous-sérosés.
  • Antécédents familiaux : Les femmes dont la mère ou la fille a des fibromes sous-sérosés courent deux fois plus de risques de les présenter.

Symptômes de fibromes utérins

Habituellement, un myome utérin est asymptomatique chez plus de 50 % des femmes.

Les saignements utérins anormaux se caractérisent par leurs abondance qui durent plusieurs jours. Ils sont plus fréquents chez les fibromes sous-muqueux que chez les fibromes sous-séreux. Lorsqu’une femme atteint la ménopause, une atrophie de l’endomètre apparaît et les saignements utérins cessent.

La taille de l’utérus avec un fibrome sous-sérosal peut atteindre de grandes tailles et ressembler à celle d’une femme enceinte. Il peut même être décrit par palpation abdominale.

Au fur et à mesure que la taille de l’utérus augmente, les symptômes de compression se manifestent par une sensation de pression dans l’abdomen et de compression dans les voies urinaires et le rectosigmoïde. Les symptômes associés aux voies urinaires comprennent la miction fréquente, la sensation d’uriner et l’incapacité d’uriner. Dans certains cas, elle peut causer une obstruction des voies urinaires et compliquer une hydronéphrose (rétention de liquide dans les reins).

La douleur n’est pas un symptôme fréquent dans le myome sous-serosal mais elle peut accentuer les symptômes menstruels (dysménorrhée) produisant des règles avec beaucoup de saignement et de douleur.

L’infertilité survient dans 5 à 10 % des cas de myome sous-séreux parce qu’ils déforment l’anatomie de l’utérus, rendant l’implantation difficile à réaliser.

Diagnostic du myome utérin

Le diagnostic de myome sous-séreux est posé lorsque l’utérus hypertrophié est palpé lors des examens gynécologiques. Dans des conditions normales, l’utérus ne doit pas être palpé, car il se trouve à l’intérieur du bassin. Comme l’utérus est plus large que la normale, il peut bouger et les bords irréguliers peuvent être palpés. Une autre façon fréquente de le diagnostiquer est par le biais d’une échographie pelvienne qui est en forte demande.

Traitement naturel et médical du myome sous-séreux

le GnRH

Les fibromes sous-séreux qui ne produisent pas de symptômes sont pris en charge par la surveillance. Cependant, le traitement dépend de la taille du fibrome, de l’âge de la patiente et de son désir de devenir enceinte.

Le traitement se fait individuellement en tenant compte des caractéristiques du fibrome de chaque patient et de son désir de se faire opérer.

Le traitement pharmacologique offre un large éventail d’options pour diminuer la taille du fibrome et améliorer les symptômes. Les plus courants sont les agonistes de la GnRH. En effet, ils sont les seuls médicaments approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) pour réduire le volume des fibromes. On les utilisent avant la chirurgie. Toutefois ils présentent de nombreux effets secondaires.

Sources

https://www.santeweb.ch/Maladies/Myome_de_l_uterus.html

http://www.aly-abbara.com/livre_gyn_obs/termes/fibrome.html

Vérifiez également

crises de gouttes

Crises de gouttes – comment elles se manifestent?

Lorsque les crises de gouttes se manifestent, le patient peut ressentir des douleurs intenses sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *