fbpx

Comment reconnaître la vaginite et ses traitements

La vaginite est une inflammation vaginale pouvant avoir plusieurs origines. Il en existe plusieurs types mais dans près de 90% des cas, elle se manifeste suite à une infection bactérienne. En général, cette infection n’engendre aucun danger réel. C’est la sensation d’inconfort qui dérange les patientes. Néanmoins, il convient d’identifier et reconnaître la vaginite pour limiter les risques.

Reconnaître la vaginite – les particularités de cette maladie

La vaginite ou l’inflammation du vagin peut résulter soit d’une irritation du vagin, soit d’une infection vaginale. Celle-ci se manifeste suite à la présence d’un champignon, d’une bactérie, d’un virus ou d’un parasite. Dans les deux cas, la vaginite s’associe très souvent à une irritation de la vulve. Cet espace anatomique, délimité par les grandes lèvres, se situe entre le clitoris et le vagin. Toutes les femmes doivent apprendre à reconnaître la vaginite étant donné qu’elle pourrait toucher n’importe qui. Selon les spécialistes, près de 75% des femmes ont rencontré cette maladie au cours de leur vie. Il faut préciser que cette inflammation peut atteindre même les petites filles.

Les différents types de vaginite et leurs principales causes

Les différents types de vaginite se manifestent de manières différentes. Pour reconnaître la vaginite, il faut identifier les causes spécifiques.

  • La vaginite infectieuse est due à des bactéries ou des levures. La transmission se fait lors d’une relation sexuelle non protégée avec un partenaire infecté,
  • La vaginite non infectieuse se manifeste après le contact avec des produits chimiques, des irritants ou des allergènes. Il peut s’agir d’un savon, parfum, latex des condoms…
  • La vaginite atrophique concerne les femmes au stade de ménopause. Le changement hormonal au cours de cette période constitue les principales causes,
  • La candidose vaginale se présente suite à une multiplication excessive de levures vaginales présentes. Certains médicaments et certaines maladies comme le diabète ou les problèmes hormonaux peuvent augmenter les risques,
  • La vaginose bactérienne est due à un déséquilibre entre les bactéries naturelles présentes dans le vagin. Le pot de stérilet, les douches vaginales, le tabagisme et les relations sexuelles avec plusieurs partenaires sexuels constituent les principales causes.

Reconnaître la vaginite et les personnes à risques

Toutes les femmes, quel que soit leur âge peuvent contracter la vaginite. Toutefois, le risque s’élève chez certaines femmes comme les femmes enceintes et celles qui prennent de la pilule contraceptive. La prise de certains antibiotiques, le port de stérilet en cuivre et le traitement aux œstrogènes augmentent aussi le risque. Les femmes qui traversent une situation stressante, ou qui suivent un régime amaigrissant sévère peuvent également contracter cette maladie. Comme la vaginite peut avoir plusieurs origines, une mauvaise hygiène intime favorise aussi le risque. C’est également le cas pour le port des sous-vêtements en matière synthétique ou des vêtements trop serrés. Hormis les femmes adultes, certaines petites filles connaissent cette maladie seulement quelques jours après leur naissance. L’exposition aux hormones de sa mère durant la vie in-utéro constitue la principale cause.

Reconnaître la vaginite – est-ce une maladie contagieuse ?

Puisqu’il existe plusieurs types de vaginite, seule la vaginite infectieuse peut se transmettre lors d’une relation sexuelle non protégée. Les autres formes, quelles que soient les causes ne sont pas contagieuses. Néanmoins, il faut prendre toutes les précautions car avoir des partenaires sexuels multiples augmentent les risques. Ce genre de relation peut modifier la flore bactérienne vaginale.

reconnaître la vaginite

 

Les principaux symptômes de la vaginite

Pour reconnaître la vaginite, il faut se référer aux symptômes :

  • Démangeaisons intenses,
  • Rougeur et gonflements des organes génitaux, y compris le vagin et la vulve,
  • Sensation de brûlures lors des rapports sexuels. Cette sensation peut aussi se manifester lors d’une miction,
  • Les pertes vaginales dont la couleur varie selon les causes de l’infection. Une perte grise, jaunâtre et malodorante en cas de vaginite bactérienne. Une perte blanchâtre et grumeleuse en cas d’infection à levures,
  • Fièvre légère,
  • Petit saignement vaginal, un symptôme qui ne se présente que dans des cas très rares.

Diagnostiquer et reconnaître la vaginite

Afin de confirmer le diagnostic et reconnaître la vaginite, le médecin ou le gynécologue doit procéder à un examen physique. Le plus courant c’est le frottis vaginal. Cet examen permet d’identifier et analyser les bactéries présentes dans la flore vaginale. Même si cette maladie n’entraîne aucune complication grave, certains types de vaginite peuvent causer des complications. Cela concerne la vaginite due à la présence d’un parasite sexuellement transmissible. Un réel problème se pose chez les femmes enceintes, notamment en absence du traitement adapté. Elle entraîne des douleurs abdominales intenses conduisant à un début prématuré du travail.

Comment traiter et prévenir la vaginite ?

Reconnaître la vaginite et son traitement

Les femmes qui souffrent pour la première fois de la vaginite doivent absolument consulter un médecin. Lui seul pourra reconnaître la vaginite, identifier les causes et prescrire un traitement. La consultation médicale s’avère également obligatoire pour les femmes enceintes, allaitantes et celles qui souffrent des douleurs pelviennes. Le traitement de la vaginite repose sur l’utilisation des crèmes, onguents et traitements antimycosiques locaux. Le médecin pourra également prescrire des antibiotiques oraux ou vaginaux selon l’origine de l’inflammation. Pour la vaginite infectieuse, tous les partenaires de la femme concernés doivent suivre un traitement. Si ce n’est pas le cas, la maladie peut toujours réapparaître.

La prévention de la vaginite

Reconnaître la vaginite, ses causes et ses signes permettent de la prévenir et éviter ses récidives. La première repose sur une bonne hygiène intime. Après le bain ou la miction, il faut assécher délicatement la région vaginale pour limiter la prolifération des bactéries. Nombreux spécialistes déconseillent également l’utilisation des produits antiseptiques et parfumés dans la région vaginale. Il convient aussi d’éviter le port des vêtements et sous-vêtements trop  serrés en matière synthétique.  Cela concerne aussi bien les pantalons, les collants et les slips. Toutes les femmes doivent également prendre une bonne habitude après les selles. Cela consiste à s’essuyer de l’avant vers l’arrière pour que les matières fécales n’entrent pas en contact avec le vagin. Puisque certaines formes de vaginite se transmettent à travers les rapports sexuels, il vaut mieux se protéger avec un condom.

Sources:
https://www.allodocteurs.fr/maladies/gynecologie/mycoses-infections-vaginales/infections-vaginales-contamination-sexuelle-ou-non_8816.html
https://www.santemagazine.fr/sante/fiche-maladie/vulvite-177435

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter

En échange de votre inscription à notre Newsletter, nous vous offrons notre dossier : " Perdre du poids sans efforts physique ".

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vérifiez également

recours à la pénoplastie

Le recours à la pénoplastie, une pratique de plus en plus fréquente

La chirurgie esthétique du pénis se démocratise de plus en plus. De nombreux hommes se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *