fbpx
spasmophilie

Comment traiter et prévenir la crise de spasmophilie ?

La spasmophilie indique les spasmes musculaires liés à un état anxieux. Ces spasmes indiquent une réaction trop forte face à un événement stressant. Tout le monde pourra rencontrer ce problème, mais les risques restent plus élevés chez les femmes et les jeunes. Comment se manifeste cette crise ? Comment la soulager et la prévenir ?

Spasmophilie – est-ce une maladie ?

Plusieurs scientifiques s’intéressent à la spasmophilie depuis de nombreuses années. Ce trouble touche près de 10 millions de Français, majoritairement des femmes. Malgré les recherches effectuées, ils ne parviennent pas à cerner la vraie nature de ce trouble. C’est pourquoi, nombreux psychiatres nient son existence. Il faut également préciser que la majorité des médecins ne la considère pas comme une maladie. Plusieurs théories s’affrontent, certains chercheurs mettent en évidence la liaison entre cette crise et les causes physiques héréditaires. D’autres, en regardant les symptômes, pensent que ce trouble est dû à une carence en magnésium, phosphore et calcium.

Les symptômes d’une crise de spasmophilie

Les signes d’une crise de spasmophilie peuvent extrêmement varier d’une personne à une autre. Voici les symptômes les plus fréquents :

  • Angoisse soudaine,
  • Grande fatigue,
  • Palpitations cardiaques, vertiges, migraines, douleurs thoraciques et crampes d’estomac dus aux troubles du système nerveux autonome,
  • Fourmillements et picotements dans les mains, les bras, le visage ou les jambes,
  • Spasmes de l’utérus,
  • Respiration rapide,
  • Douleurs articulaires,
  • Troubles d’humeur,
  • Sueurs ou frissons,
  • Fatigue matinale à cause d’un manque de sommeil,
  • Malaises et étourdissements,
  • Troubles de la vision et bourdonnements dans les oreilles,
  • Besoin fréquent d’uriner.

Spasmophilie – est-ce nécessaire de consulter un médecin ?

Même si certains médecins ne considèrent pas la spasmophilie comme une maladie, consulter son médecin reste la meilleure décision. Une prise en charge précoce permet de limiter la souffrance et prévenir les complications. Durant l’examen clinique, le médecin interrogera le patient sur la nature et l’intensité de symptômes. Il pourra pratiquer d’autres examens, comme la recherche du signe de Chvostek pour confirmer le diagnostic du trouble. Le patient garde la bouche entrouverte pour que le médecin puisse tester son nerf facial à l’aide d’un marteau à réflexes. Un soulèvement brutal de la commissure des lèvres indique une hyperexcitabilité neuromusculaire. Cela figure parmi les éléments caractéristiques de la spasmophilie. Dans certains cas, le médecin demande aussi un électromyogramme afin de confirmer le diagnostic. Un bilan sanguin s’avère aussi indispensable pour justifier les carences en magnésium, phosphore et calcium. Les carences en ces éléments peuvent favoriser le trouble.

spasmophilie

Comment traiter et soulager la crise de spasmophilie ?

En principe, une crise de spasmophilie débute sans crier gare. Elle peut se manifester de manière ponctuelle pour une durée qui varie entre 10 et 60 minutes. Si un stress important peut déclencher la crise, la peur de la crise pourra également causer un stress. Dans les cas les plus sévères, plusieurs crises peuvent avoir lieu par jour. Dans les deux cas, cette crise pourra avoir des répercussions graves sur le moral et sur la santé physique du patient. Certains patients peuvent souffrir d’une insomnie, d’une dépression qui pourra aboutir à une tentative de suicide. Pour limiter les risques et atténuer les crises, il vaut mieux consulter un médecin. Hormis les traitements médicaux, il existe d’autres traitements permettant de combattre et prévenir la crise.

L’importance de la médecine douce

La médecine douce peut calmer la spasmophilie :

  • Les préparations à base de ballote aident à combattre le stress,
  • Les préparations à base de bigaradier aident à combattre l’hyperexcitabilité neuromusculaire,
  • Les techniques de relaxation comme le yoga permettent de lutter contre le stress, l’anxiété et la crise d’angoisse,
  • Les huiles essentielles de valériane, de lavande, de camomille romaine ont des effets relaxants. Elles soulagent la fatigue et luttent contre le stress.

L’importance de l’alimentation

La carence en calcium, magnésium et phosphore peut causer un déséquilibre acido-basique. Elle peut également favoriser les tensions musculaires. Afin de combattre et prévenir la crise de spasmophilie, les spasmophiles doivent rester attentifs à leur alimentation. La première étape consiste à introduire ou augmenter la quantité des aliments riches en magnésium, calcium et phosphore. Les compléments alimentaires sont aussi recommandés afin de prévenir la carence.  Pour trouver le meilleur complément, il faut demander l’avis du médecin.

Comment prévenir la spasmophilie ?

Afin de réduire la fréquence de crise, les spasmophiles doivent apprendre à  gérer leurs stress. La méditation et le yoga figurent parmi les meilleures solutions pour y parvenir. Les spécialistes recommandent aussi la pratique régulière d’activité physique. Elle procure de multiples bienfaits pour la santé en général. Le sport aide également à avoir un sommeil réparateur. Puisqu’il y a une liaison entre la carence en certains minéraux et la spasmophilie, prendre soin de son assiette aide à prévenir la crise. Les fruits, les légumes, légumineuses, les oléagineux et les produits laitiers restent les meilleurs alliés. Pour terminer, il ne faut pas oublier que l’eau assure également un rôle important. Un apport hydrique suffisant, selon le poids et l’âge aide à préserver une bonne santé physique et mentale.

Sources:
https://www.femmeactuelle.fr/sante/sante-pratique/spasmophilie-20836
https://www.medisite.fr/spasmophilie-symptomes-causes-que-faire-en-cas-de-crise.5543824..html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *