Accueil / Perte de poids / Édulcorant : 5 à bannir de votre régime alimentaire

Édulcorant : 5 à bannir de votre régime alimentaire

L’édulcorant n’est pas toujours un atout pour la perte de poids. En fait quand on a la dent sucrée, suivre un régime sans sucre ou se passer tout simplement de sucre est particulièrement difficile. Voilà pourquoi, on a recours aux édulcorants. Il faut savoir que tous les édulcorants ne sont pas mauvais pour l’alimentation. Cependant, certains sont bien meilleurs que d’autres. Cette liste va plutôt vous présenter les édulcorants à ôter de votre régime amaigrissant.

Édulcorant 1 : L’aspartame

L’aspartame est connu pour être un effrayant édulcorant. Il est un substitut de sucre artificiel que l’on trouve dans de nombreuses boissons diététiques. Il est hypocalorique et est jusqu’à 200 fois plus sucré que le sucre.

L’aspartame contient 4 calories par gramme, comme le sucre. Ainsi, une petite quantité d’aspartame est suffisante pour sucrer les aliments et les boissons. C’est pour cette raison qu’on aime souvent utiliser l’aspartame dans un régime amincissant.

Lorsqu’on en consomme trop, des effets secondaires peuvent apparaître notamment : maux de tête, vertiges, dépression, trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité, maladie d’Alzheimer, sclérose en plaques, cancer, lupus et invalidités congénitales.

Une étude(1) réalisée à partir de 2016 a étudié les effets de certains sucres et édulcorants sur la tolérance au glucose des personnes. Les chercheurs ont découvert un lien entre l’utilisation de l’aspartame et une plus grande intolérance au glucose chez les personnes obèses.

Édulcorant 2 : Le sucralose

Le sucralose est un autre édulcorant artificiel sans calories. On l’appelle aussi « Splenda ». Il est 400-700 fois plus sucré que le sucre. Contrairement aux autres édulcorants, le sucralose ne laisse pas un certain arrière-goût amer. Un fait que la plupart des gens devrait savoir c’est que le sucralose est en fait simplement fait de sucre, mais avec un processus chimique plus long.

Malgré sa faible teneur en calories, aux environs de 3,36 calories par gramme, le sucralose n’est pas plus bénéfique pour la santé et le programme perte de poids. Il réduit les bonnes bactéries intestinales en altérant la quantité et la qualité des bons microorganismes dans le système digestif. Un autre effet secondaire de cet édulcorant est qu’il peut modifier les réponses insuliniques et les taux de glycémie. Chez certaines personnes, le sucralose peut déclencher des migraines.

Une petite étude(2) menée auprès de 17 personnes gravement obèses qui ne consommaient pas régulièrement d’édulcorants artificiels a révélé que le sucralose faisait augmenter la glycémie de 14 % et l’insuline de 20 %.

Édulcorant 3 : Sirop de maïs

Le sirop de maïs ne rend finalement pas tellement service. Il est une forme plus sucrée de sirop de maïs fabriqué à partir de fécule de maïs. Il se compose principalement de glucose. Pour le rendre plus sucré et plus semblable en goût du sucre de table ordinaire (saccharose), une partie de ce glucose est convertie en fructose par des enzymes.

Cet édulcorant a la réputation d’être malsain et de grossir. Le sirop de maïs se trouve dans presque tous les aliments transformés et a été blâmé pour tout, de l’obésité aux crises cardiaques et aux AVC.

Le foie est le seul organe qui peut métaboliser le fructose en quantités importantes. Lorsque votre foie est surchargé, il transforme le fructose en gras. Une partie de cette graisse peut se loger dans votre foie, ce qui contribue à la graisse hépatique. Une consommation élevée de fructose est également liée à la résistance à l’insuline, au syndrome métabolique, à l’obésité et au diabète de type 2 selon une étude(3) en la matière.

Vous n’achèteriez sûrement pas de vous-même cet édulcorant, mais il peut se trouver dans de nombreuses gâteries. Aussi, faites attention à bien lire les étiquettes.

Édulcorant 4 : Les sucres raffinées

Les sucres raffinés sont un terme générique pour différents types de sucres, à savoir : le sucre granulé, le sucre à sabler, le sucre super-raffiné et le sucre en poudre ou le sucre confiseur.

Tous ces types de sucres raffinés ne fournissent que des calories vides, ce qui signifie qu’ils manquent de nutriments et de minéraux. Ils peuvent même drainer les nutriments de l’organisme en raison de leur besoin digestif.

Les sucres raffinés provoquent une augmentation rapide de la glycémie, la résistance à l’insuline, le risque de diabète et le gain de poids. Ils peuvent également poser des problèmes de graisses alimentaires, de cholestérol, de vieillissement prématuré et des dommages au système immunitaire. Le plus problématique est l’addiction au sucre.

Les sucres raffinés sont souvent trouvés dans les produits de boulangerie, aussi il est recommandé d’en limiter la consommation.

Édulcorant 5 : Le nectar ou le sirop d’agave

Le nectar d’agave est un édulcorant fabriqué à partir de la même plante que la tequila. On l’appelle aussi sirop d’agave. L’agave est également plus sucré que le sucre ordinaire : 1,5 fois plus, d’où l’opinion de certains que son utilisation les aide à diminuer la quantité d’édulcorant ajoutée aux aliments ou aux boissons et peut-être même à réduire les calories. Il contient 60 calories par cuillère à soupe, soit 20 calories de plus que le sucre de table.

Selon l’expert Jonny Bowden, Ph.D., C.N.S. : « Le sirop d’agave (nectar) est essentiellement du sirop de maïs à haute teneur en fructose déguisé en un aliment sain ». 28g d’agave a un ig (index glycémique) d’environ 13, et environ un gramme de fibres. L’agave contient même encore plus de fructose que le sirop de maïs à haute teneur en fructose.

Quel édulcorant avez-vous l’habitude d’utiliser ?

Références :

  • Kuk JL, Brown RE. Aspartame intake is associated with greater glucose intolerance in individuals with obesity. Appl Physiol Nutr Metab. 2016 Jul;41(7):795-8. doi: 10.1139/apnm-2015-0675. Epub 2016 May 24.
  • Pepino MY, Tiemann CD, Patterson BW, Wice BM, Klein S. Sucralose affects glycemic and hormonal responses to an oral glucose load. Diabetes Care. 2013 Sep;36(9):2530-5. doi: 10.2337/dc12-2221. Epub 2013 Apr 30.
  • Stanhope KL, Schwarz JM, Havel PJ. Adverse metabolic effects of dietary fructose: results from the recent epidemiological, clinical, and mechanistic studies. Curr Opin Lipidol. 2013 Jun;24(3):198-206. doi: 10.1097/MOL.0b013e3283613bca.

Vérifiez également

mauvaises habitudes alimentaires

Ces mauvaises habitudes alimentaires qui font prendre du poids

Les mauvaises habitudes alimentaires peuvent arriver à tout le monde. Il s’agit souvent d’inattention et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *