Accueil / Santé / La méditation n’est pas aussi bénéfique qu’elle le paraît !

La méditation n’est pas aussi bénéfique qu’elle le paraît !

Toujours perçue comme bon pour la santé, la méditation a quand même ses inconvénients. Comme toute pratique thérapeutique, elle peut ne convenir à tout le monde. Il y des personnes qui sont susceptibles de profiter en mieux ses vertus tandis qu’il y a ceux qui en vivent des expériences plutôt désagréables. C’est ce que plusieurs études axées sur l’humeur et la qualité de vie ont sorti. Prenons l’exemple de ce qui a été sorti dans le journal PLOS ONE, il s’avère que près de 25% des pratiquants n’ont pas été satisfait de ce que ce traitement leur a apporté. C’est le résultat du sondage qu’ont entrepris des chercheurs de l’Université College de Londres au Royaume-Uni auprès de 1 232 personnes durant plusieurs mois.

Au lieu d’éprouver de la satisfaction, de la confiance en soi et du meilleur contrôle de soi-même, ils ont plus développé un sentiment de peur, d’anxiété, et d’émotions déformées. Ci-après les explications à l’appui…

Définition de la méditation

Tout d’abord, définissons ce qu’est la méditation parce qu’il y a encore pas mal de gens qui en entendent parler sans connaître ce que c’est réellement. Emprunté du latin, le terme « méditation » désigne généralement l’action de penser et de méditer. Mais plus spécifiquement, c’est une pratique d’exercices mentaux spéciaux qui ont pour objectif de soigner des maladies d’ordre moral ou mental. Elle est souvent sollicitée dans les guérisons spirituelles et religieuses. La différence de la méditation au fait de penser simplement est qu’elle nécessite un état de mental d’occupation pour pouvoir repenser les choses et de se repenser soi-même à un moment non déterminé.

Donner de l’importance au « je »

Cette pratique prône surtout le « je » en soi afin que le pratiquant puisse se reconnaître et faire confiance en lui-même. Pour cela, il doit donc faire une alliance, c’est-à-dire une relation forte avec son intérieur, son subconscient. Ceci l’aidera à se mettre au contact de la source de la sagesse et de la lumière déjà existant en lui. De cette conscience altérée (transe), il pourra être enfin en mesure de prendre le contrôle total sur lui. Notons que les personnes aux problèmes mentaux ont l’esprit ailleurs.

Pour faire revenir leur esprit, la méditation est utile. En se concentrant sur l’essence de l’objet, le pratiquant aura à s’immerger intérieurement pour faire appel à son esprit errant. C’est ainsi qu’il aura la capacité de diriger et de contrôler son esprit et toutes ses émotions. Son esprit se concentrera sur un objet donné pour pouvoir lui permettre de faire le suivi de toutes ses pensées.

méditation

Des expériences désagréables en méditation

C’est possible ! Comme toute chose, la méditation a ses points forts et ses points faibles. Il y a pas mal de gens qui ont témoigné avoir vécu des expériences désagréables dans cette pratique. Ils sont au nombre de 25% soit 315 personnes selon le sondage effectué sur 1 232 personnes pratiquantes. Ce qui est alarmant, c’est que ce nombre ne cesse de s’accroître. Ces désagréments se produisent le plus souvent au moment de la pratique de la méditation et non après comme on le pense tous. Ce qui dit que cette thérapie est vraiment négative pour certaines personnes. Notons que ces 1 232 personnes ont été adeptes de cette pratique depuis plus de deux mois.

Les croyants sont plus protégés !

Ce que les chercheurs ont trouvé, c’est que les personnes qui ont de forts attachements à leur religion étaient moins susceptibles de développer ces sentiments de désagréments vis-à-vis de la méditation. En effet, les athées qui ont connu de telles expériences désagréables étaient de 30, 6% si les croyants atteints étaient seulement de 22%. Ce qui vient à confirmer l’importance de bien comprendre la méditation avant de s’y initier. La plupart des gens qui ont vécu ces désagréments ont pensé que c’était une nouvelle pratique religieuse alors que ce n’est aucunement pas le cas.

En fonction du type de méditation choisi

Les plus vulnérables concernaient les pratiquants qui avaient recours à la méditation « déconstructive », à la méditation vipassana ou à la méditation éclairée ou la retraite de méditation. La méditation vipassana est la pratique adaptée pour chasser les pensées négatives répétitives. Ces types de méditation ne sont pas très approfondis d’où le haut risque de vécus désagréables. Les hommes aussi étaient plus nombreux que les femmes à avoir exprimé un sentiment négatif vis-à-vis de leur expérience méditation, soit 28,5% contre 23%.

Des faits inexplicables

Le problème de ces inconvénients de la méditation, c’est que même les coaches ignorent pourquoi, quand, comment et dans quelles circonstances ces désagréments surviennent. On ignore beaucoup de chose à ce propos. Bref, tout n’est donc pas rose dans l’art de méditer. Au lieu d’avoir plus de confiance en eux, ils ont eu peur de faire face à plusieurs situations stressantes. Ils ont un sentiment négatif de leur vécu méditatif et ils éprouvent souvent des émotions déformées et de l’anxiété poussée. Les chercheurs sont encore en cours de chercher la nature et les explications exactes de ces désagréments même si l’on sait déjà que c’est d’ordre psychologique. La question qui se pose maintenant est « Ces expériences ne pouvaient-elles être pas évitées ? Ou est-ce nécessaires pour la méditation ? ». Un nouveau sujet à débattre…

Sources:
https://www.psychologies.com/Culture/Spiritualites/Meditation/Articles-et-Dossiers/La-meditation-est-elle-bonne-pour-tous
https://lactualite.com/societe/le-boum-de-la-meditation/

Vérifiez également

carence en calcium

Carence en calcium: les signes qui ne trompent pas

Lorsqu’il s’agit de l’importance du calcium pour l’organisme, nombreux sont ceux qui pensent directement à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *