fbpx
placenta praevia

Le placenta praevia, qu’est-ce que c’est ?

Dans 5 % des cas, une femme enceinte porte ce qu’on appelle le placenta praevia. Il s’agit d’une anomalie par rapport à l’insertion du placenta dans la cavité utérine. Il ne s’agit pas d’un problème grave, qui pourrait couper cours à la grossesse. Mais la patiente doit faire l’objet d’une surveillance plus accrue et de beaucoup de précautions.

Qu’est-ce que le placenta praevia ?

Une femme enceinte souffre d’un placenta praevia lorsque le placenta n’est pas placé correctement dans la cavité utérine. Le placenta est inséré un peu trop bas, il va jusqu’à couvrir le col de l’utérus, totalement ou partiellement. Pour rappel, le placenta est l’organe qui permet de lier la mère à l’enfant pendant la grossesse. Le placenta se charge de filtrer le sang maternel, qui sera par la suite envoyé au fœtus. C’est à travers le placenta que se passe l’échange de sang, de nourriture, d’oxygène, de nutriments et d’hormones. En principe, le placenta s’insère en haut de la cavité utérine.

Dans le cas d’un placenta praevia, il faut faire attention, car la plateforme d’échange entre l’enfant et sa mère peut se retrouver perturbée. Les risques de souffrance fœtale sont importants, la circulation du sang et celle de l’oxygène sont moins bonnes. De son côté, la future maman pourrait présenter des saignements. D’ailleurs, il faut faire attention, car le placenta praevia peut entrainer des hémorragies.

Comment se passe le diagnostic de l’anomalie ?

Jusque-là, on n’a pas encore trouvé quelles sont les causes précises à l’origine du cas de placenta praevia. Par contre, les spécialistes ont remarqué que certaines femmes atteintes de cette anomalie présentent le même profil.

  • Problème de la cavité utérine

Dans la plupart des cas, le placenta praevia frappe les femmes qui ont une forme particulière d’utérus ou encore, qui abritent un fibrome utérin dans la cavité utérine. Dans ce cas, la tumeur empêche le placenta de s’installer un peu plus haut.

  • Un utérus cicatriciel

Lorsqu’une femme a subi des opérations au niveau de la cavité utérine, les chances augmentent également. La raison est simple, il se peut dans ces cas que l’utérus présente des cicatrices rendant impossible l’insertion normale du placenta.

  • Grossesse tardive et/ou multiple

Et enfin, le plus souvent, les femmes de plus de 35 ans sont également les plus touchées. Il en est de même de celle ayant fait l’objet de grossesse multiple. Il est important de faire attention à l’hygiène de vie. Le tabagisme par exemple peut provoquer un placenta praevia.

Le placenta praevia est décelé lors d’une échographie. Il peut être détecté dès le premier trimestre. Le signe le plus alarmant est lorsque la future maman présente des saignements inexpliqués. Si aucun symptôme n’apparait, c’est lors d’un examen systémique durant le second trimestre qu’il est diagnostiqué. Quand la femme arrive à 22 semaines d’aménorrhée, le médecin fait un examen systématique pour contrôler l’insertion du placenta. S’il y a placenta praevia, il sera détecté à ce moment.

placenta praevia

Quelles sont les précautions à prendre ?

Le plus souvent, la patiente présentera des saignements inexpliqués. Il se peut également que le saignement soit suivi d’une hémorragie. Ces problèmes ne constituent pas véritablement un risque qui pourrait porter atteinte à la poursuite de la grossesse. Par contre, un arrêt de travail précoce et du repos seront prescrits pour la future maman. Si les saignements venaient à augmenter, les contractions vont aller de pair avec. Le risque hémorragique peut déclencher l’accouchement prématurément. Raison pour laquelle, un repos strict est incontournable. Il faut également proscrire toute autre forme d’activité physique, ainsi que les rapports sexuels.

Le placenta praevia nécessite également un suivi plus accru de la future maman. Il sera fait beaucoup plus d’échographies que dans le cadre d’une grossesse normale. Et à partir du troisième trimestre, la surveillance de la future maman va encore doubler. Il est très important de suivre l’évolution du placenta à ce stade.

La césarienne est-elle incontournable ?

Si dans un cas de placenta praevia, le placenta n’est pas inséré trop bas, la situation est réversible. Jusqu’à 34 semaines d’aménorrhées, le placenta peut encore bouger et remonter. Ainsi, jusqu’à 8 mois de grossesse, il peut encore arriver que le placenta change de position. Dans ce cas, la mère peut accoucher par voie basse.

Par contre, si le placenta praevia persiste, l’accouchement par césarienne sera envisagé suivant le cas.

  • Placenta recouvrant : Dans certains cas de placenta praevia, le col est complètement recouvert. Dans pareille situation, la césarienne est inévitable. Les risques d’hémorragie lors de la délivrance sont beaucoup trop importants.
  • Placenta non recouvrant : Il peut arriver également que le placenta bouge durant la grossesse. Si le placenta est inséré à quelques centimètres du col, soit à 4 ou 5 cm, l’accouchement par voie basse reste possible.

En somme, il n’existe aucun traitement pour le placenta praevia. Il est recommandé de se reposer pour que l’hémorragie ne soit pas trop importante. On évite également de se fatiguer pour ne pas provoquer des contractions prématurées. La future maman doit également être suivie, avec beaucoup plus de précautions. Et enfin, ce sera la position finale du placenta qui détermine l’accouchement.

Sources:
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-placenta-praevia-11828/
https://www.magicmaman.com/,placenta-praevia-quand-faut-il-s-inquieter,3069,2006196.asp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.