fbpx

Symptômes, diagnostic et traitements de la fièvre typhoïde

Environ 100 à 150 cas de fièvre typhoïde sont répertoriés en France chaque année. Les patients ont contracté la maladie après leur voyage dans les zones d’endémie dont l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie. Il faut rappeler que ce type de fièvre frappe les pays en voie de développement  où l’hygiène demeure précaire.

Fièvre typhoïde – quelle liaison avec l’hygiène ?

La fièvre typhoïde est une infection provoquée par la bactérie Salmonella typhi. Chaque année, elle infecte des millions de personnes dans le monde et entraîne le décès de près de 200 000 patients. La contamination se fait le plus souvent par deux voies dont la première se fait par l’ingestion d’eau ou des aliments contaminée par des matières fécales d’origine humaine. La transmission directe de personne à personne peut également entraîner la contamination. La personne infectée est contagieuse avant même l’apparition des symptômes. Si elle ne se lave pas les mains, la bactérie se transmet aux aliments, à l’eau et va infecter une autre personne. Il faut rappeler qu’environ 3% des personnes infectées, traitées ou non deviennent des porteuses asymptomatiques de la bactérie. Leurs selles et leurs urines continuent à passer des bactéries au moins pendant un an et le plus souvent  à vie.

Comment se manifeste la fièvre typhoïde ?

En général, les premiers symptômes de la typhoïde n’apparaissent qu’au bout de 1 à 2 semaines après la contamination. Cette maladie infectieuse entraîne une fièvre élevée, pouvant aller jusqu’à 40°C. Elle s’accompagne également extrême et d’autres symptômes dont :

  • La constipation
  • Les douleurs d’estomac,
  • Le mal de gorge,
  • Les maux de tête intense,
  • La perte d’appétit,
  • La toux.

Hormis ces symptômes habituels, le patient atteint de fièvre typhoïde peut souffrir d’une diarrhée et des saignements par le rectum. Ces symptômes doivent régresser après 5 à 7 jours de traitement aux antibiotiques. Très souvent, nombreuses personnes confondent ces signes à ceux de la grippe, de la méningite ou de l’infection pulmonaire. Afin de limiter les risques de complications, le mieux c’est de consulter un médecin notamment après un voyage dans les zones à risques.

fièvre typhoïde

Les particularités du diagnostic de la fièvre typhoïde

Après un examen clinique, le médecin fera subir un examen physique au patient. S’il soupçonne la typhoïde, il poursuit le diagnostic à l’aide de cultures d’échantillons de sang ou de selles. Il pourra également demander au patient d’effectuer une analyse sanguine afin de détecter la présence d’anticorps. Hormis le diagnostic de la fièvre typhoïde, le médecin exige souvent d’autres examens complémentaires. Ils ont pour but de détecter les autres affections qui peuvent se manifester avec les symptômes mentionnés plus haut.

Traitements et préventions

Les différents traitements

Après avoir confirmé le diagnostic, le médecin prescrit l’utilisation d’une solution orale de réhydratation. Elle s’accompagne d’un traitement avec des antibiotiques dont les plus utilisés sont la ciprofloxacine, la ceftriaone et la lévofloxacine. Ces antibiotiques éliminent les symptômes de la maladie en moins d’une semaine. Même si les symptômes disparaissent, la période de convalescence devra durer plusieurs semaines. Dans certains cas, des complications peuvent émailler l’évolution de la maladie. Les plus fréquents sont :

  • Les hémorragies digestives et perforations intestinales, dans 10% des cas,
  • La cholécystite ou une infection de la vésicule biliaire dans 1% des cas,
  • L’atteinte cardiaque ou ostéo-articulaire.

Ces complications peuvent entraîner une rechute de la maladie. Ils se manifestent souvent dans le mois suivant l’arrêt du traitement. Cela exige une prise en charge en urgence pour prévenir le décès. Dans les formes graves, le traitement de la fièvre typhoïde se fait avec des glucocorticoïdes.

Comment prévenir la fièvre typhoïde ?

Partout dans le monde, il existe des porteurs de la typhoïde. Néanmoins, le risque de la contracter augmente dans les pays développés. Il faut doubler la vigilance lors des voyages dans les zones en développement de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique latine. La meilleure prévention de la fièvre typhoïde consiste à éviter les aliments et l’eau contaminés. Voici les principales règles d’hygiène à respecter :

  • Faire bouillir ou désinfecter l’eau avec des comprimés et du liquide désinfectant avant de la boire. Boire des breuvages embouteillés,
  • Laver et peler tous les fruits et légumes avant de les manger,
  • Eloigner les mouches de la nourriture,
  • S’abstenir autant que possible des glaçons, des crèmes glacées et de lait non pasteurisé,
  • Bien cuire les aliments,
  • Manger des aliments chauds,
  • Eviter les crustacés, les salades, fruits et les légumes crus,
  • S’abstenir aux streets-foods.

Comprendre l’efficacité des vaccins contre la fièvre typhoïde

Il existe actuellement des vaccins contre la fièvre typhoïde. Elles offrent une protection de l’ordre de 50% pendant une période de 3 à 7 ans. Il existe des vaccins en gélule, en poudre et le vaccin sous forme d’injection. La durée de protection en dépend. Vu le niveau de protection offerte par le vaccin, toutes personnes vaccinées doivent respecter toutes les consignes d’hygiène. Si vous devez vous rendre dans les régions à risque, vous devez vous faire vacciner et suivre les consignes d’hygiène. Il faut effectuer la vaccination 15 jours avant le départ en voyage.

Sources:
https://www.medisite.fr/sante-en-voyage-quest-ce-que-la-fievre-typhoide.1137747.115.html
https://www.lemonde.fr/archeologie/article/2018/01/18/la-fievre-typhoide-fleau-des-ameriques_5243445_1650751.html

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter

En échange de votre inscription à notre Newsletter, nous vous offrons notre dossier : " Perdre du poids sans efforts physique ".

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vérifiez également

perturbateurs endocriniens

Perturbateurs endocriniens – quels risques pour la santé et comment s’en protéger ?

Les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans l’environnement humain. Ils peuvent interférer avec le système hormonal, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *