Accueil / Santé / Spasmophilie: définition, symptômes et traitements naturels

Spasmophilie: définition, symptômes et traitements naturels

Il vous arrive constamment nerveux et anxieux. Vous vous trouvez aussi hypersensible et pouvez être sujet à des crises de paniques ? Ces symptômes s’accompagnent quelquefois de palpitations et de fourmillements ? Il y a de fortes chances que vous soyez atteint de spasmophilie. Encore méconnue, cette maladie divise les professionnels de la santé. En effet, son existence est remise en cause par certains, notamment les psychiatres. Envie d’en savoir plus à propos de cette pathologie ? Découvrez ci-après sa définition, ses symptômes et les remèdes naturels pour la traiter.

C’est quoi la spasmophilie ?

La spasmophilie est un ensemble de troubles relatifs à des spasmes musculaires. Ceux-ci se manifestent surtout lorsque le patient est anxieux. Cette pathologie peut être décrite comme étant une trop forte réaction face au stress. Les jeunes et les femmes sont les plus touchés par ces troubles. Malgré cela, cette définition de la spasmophilie ne fait pas l’unanimité. Ce terme recouvre, en effet, toute une variété de symptômes auxquels tout le monde peut se reconnaître à un moment donné de la vie.

Comment se manifeste-telle ?

Malgré la divergence des avis par rapport à la définition, voire l’existence, de la spasmophilie, quelques symptômes peuvent permettre d’identifier cette maladie. Sachez alors qu’elle se caractérise surtout par des crampes, des picotements ou des fourmillements au niveau des mains, du bras du visage ou des jambes. La personne malade peut aussi ressentir une sensation de manque d’air.

Outre ces symptômes, on peut aussi observer chez le patient :

  • Des frissons, voire des sueurs ;
  • Des étourdissements et des vertiges pouvant aboutir à des malaises ;
  • Une fatigue matinale provoquée par une piètre qualité du sommeil ;
  • Des nausées et des douleurs à la poitrine ;
  • Une anxiété et des troubles de l’ouïe et de la vision ;
  • Un besoin d’aller uriner assez fréquemment.

Plusieurs de ces symptômes peuvent survenir en même temps durant une crise de spasmophilie. Celle-ci, quant à elle, dure entre 10 minutes à 1 heure.

Spasmophilie et tétanie, existe-t-il des relations ?

Bon nombre de médecins associe la spasmophilie à la tétanie. Cette dernière se manifeste en effet par des fourmillements accompagner de contractures des muscles des extrémités (mains, doigts et parfois les muscles des pieds). La crise de tétanie, tout comme la spasmophilie, touche souvent les femmes et les enfants. Toutefois, sa cause est bien connue. Elle est liée à une hypocalcémie ou une insuffisance de calcium dans le sang. Dans la majorité des cas, la crise de tétanie survient lorsqu’une personne subit une hyperventilation.

Spasmophilie et attaques de panique

Pour les psychiatres, la spasmophilie correspondrait à une attaque de panique ou une attaque d’anxiété généralisée. La première correspond à des crises d’angoisse très aiguës et touche plus souvent les jeunes femmes. Ces crises sont brutales et inopinées. L’angoisse ressentie peut être extrême et la personne malade peut même ressentir comme une sensation de mort imminente. Les autres signes physiques, quant à eux, ressemble à ceux décrits un peu plus haut.

Les personnes hypersensibles sont les plus exposées

Pour les adeptes de la médecine dite douce, la spasmophilie peut être assimilée à une sorte de tétanie. Elle est relative à une hypersensibilité neuromusculaire et une hypersensibilité affective. Ces dernières seraient d’origine génétique et se manifestent par une très forte vulnérabilité au stress et à une importante dépendance à l’environnement. C’est pourquoi, les personnes hypersensibles sont les plus exposées à des crises de spasmophilie. Cet état est, selon certains spécialistes, est un état de mal-être que le patient ressent depuis sa vie in utero.

Spasmophilie

Eviter les crises avec des remèdes naturels

Les crises de spasmophilie sont toujours accompagner d’une sensation d’oppression que le malade peine à contrôler. Mais, si vous en souffrez, ou si un de vos proches est atteint de cette maladie, vous pouvez opter pour des remèdes naturels afin de soulager les symptômes. Pour ce faire, vous pouvez concocter une tisane ou opter pour des huiles essentielles afin d’apaiser et de calmer le malade.

  • Des huiles essentielles calmantes

Lors des crises, vous pouvez facilement apaiser la personne malade grâce à un mélange d’huiles essentielles. Vous avez besoin de 120 gouttes d’huile essentielle de lavande, de 60 gouttes d’essence de bergamotier et de 20 gouttes d’huile essentielle de bois de rose. Une fois le mélange effectué, vous n’avez plus qu’à mettre entre 20 et 40 gouttes dans un diffuseur durant les troubles. Vous verrez, ce mélange est très efficace grâce à ses vertus calmantes et apaisantes.

  • Une tisane contre les palpitations

Les palpitations sont aussi un des symptômes les plus gênant et fatiguant pour les malades durant une crise. C’est pourquoi, l’apaiser serait d’une très grande aide pour le patient. Pour ce faire, vous pouvez préparer une tisane toute simple. Vous aurez besoin de mélanger 50 g de mélisse, 50 g de tilleul et 50 g de passiflore. Prenez ensuite 5 g de ce mélange et faites-le infuser dans 250 ml d’eau bouillante. Dès que les premiers symptômes de spasmophilie apparaissent, vous pouvez boire 1 tasse de ce mélange à raison de 2 à 3 fois par jour, loin des repas.

Le saviez-vous ? La spasmophilie n’existe pas chez les Anglo-saxons

Souvenez-vous, l’existence de la spasmophilie ne fait pas l’unanimité au sein du corps médical. Mais, l’autre fait  encore plus étonnant est que chez les Anglo-saxons, cette maladie n’existe pas. Pour eux, tous les symptômes cités précédemment se rapportent à l’hyperventilation. Or, malgré le fait que cette dernière peut engendrer certains des symptômes, le trouble à traiter impérativement reste l’anxiété.

Sources:

https://www.topsante.com/medecine/troubles-neurologiques/spasmophilie

https://www.medisite.fr/traitement-spasmophilie/384338

Vérifiez également

peau qui pèle

J’ai la peau qui pèle, que faire?

Vous perdez votre peau, notamment celle du visage, par petits lambeaux ? Et vous vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *