Accueil / Libido / Allaitement et libido, quelle relation?

Allaitement et libido, quelle relation?

Durant la grossesse, la vie sexuelle du couple peut se trouver chamboulée. Toutefois, la période post-natale n’est pas aussi épargnée par la fluctuation de la libido, notamment chez la femme. Effectivement, c’est après l’accouchement que les changements majeurs vont s’opérer dans la vie du couple. Les deux conjoints vont devoir s’occuper ensemble de leur petit bout, et la femme doit allaiter. C’est durant cette période que l’homme peut se sentir délaissé. Mais quelle relation existe-t-il donc entre allaitement et libido ? Pourquoi le désir de la femme fluctue-t-il autant après la naissance de bébé ? Les réponses dans ce qui suit.

Baisse de libido durant l’allaitement, une histoire d’hormones ?

La période post-grossesse constitue une véritable découverte pour le couple. Leur vie se trouve chamboulée à jamais avec la venue de bébé. Au niveau de la vie sexuelle, les deux conjoints doivent savoir s’adapter aux divers changements que ce soit physique ou psychique qui s’opèrent chez la femme durant cette période. Venant d’accoucher, vous avez remarqué que l’allaitement à fait baisser votre libido ? Il faut reconnaître qu’allaitement et libido ne vont pas systématiquement de pair.

La baisse du désir sexuel chez la femme qui allaite s’explique par un mécanisme tout à fait naturel. D’ailleurs, celui-ci est commun à tous les mammifères. Durant l’allaitement, la femme doit porter toute son attention vers le bébé qui est entièrement dépendant d’elle. Cette baisse de libido s’explique aussi par des changements hormonaux (œstrogènes, progestérone et testostérone). Ces dernières sont à leur plus bas niveau après la naissance de bébé. Une autre hormone prend le relais à ce moment, la prolactine. Et malheureusement pour la vie sexuelle du couple, cette hormone est l’ennemie numéro un de la libido.

Ayant pour rôle de favoriser la sécrétion de lait, la prolactine agit sur la femme en provoquant des bouffées de chaleur, et même une sécheresse vaginale. Affectant ainsi sa libido.

Les changements physiologiques après l’accouchement

Outre les changements au niveau des hormones, les changements physiologiques qui se sont opérés sur le corps de la femme ont aussi des impacts sur son désir. En effet, si la femme allaite ou non, faire l’amour avec son conjoint n’est pas toujours aussi évident après la naissance de bébé. Si vous avez par exemple accouché par voie basse, et que vous avez subit une épisiotomie, les points de suture peuvent vous gêner durant l’acte. Pour celles qui ont eue affaire avec une déchirure, la cicatrice laissée par celle-ci peut constituer une gêne décourageante.

Après l’accouchement, la relation négative entre allaitement et libido peut également s’expliquer par la douleur ressentie par la jeune mère au niveau de ses seins. Durant la période post-maternité, les seins peuvent être extrêmement sensibles jusqu’à devenir douloureux.  Et les tétés de bébé n’arrangeront pas les choses. Ce n’est forcément pas le moment propice pour s’adonner à des câlins et à des caresses.

Les changements psychologiques entraînés par l’allaitement

Avec l’augmentation du taux de prolactine, l’hormone de la lactation, la femme est sujette aussi aux effets de l’ocytocine durant l’allaitement. C’est pourquoi des changements psychologiques s’opèrent durant cette période, faisant baisser la libido de la jeune maman. Effectivement, durant la période post-natale, il est courant que la femme ressente un sentiment d’attachement très fort vis-à-vis de bébé. Ce sentiment la pousse à se dévouer entièrement à son petit bout. C’est d’ailleurs durant cette période que l’homme se sent toujours délaissé.

allaitement et libido

Le manque de temps en cause ?

Durant la période post-natale, le manque de temps est également un des effets néfastes de l’allaitement sur la libido. Avec les soins et l’attention à apporter à bébé ainsi que les horaires décalés, la femme se trouve vite débordée et fatiguée. Dès que bébé se repose, la jeune mère n’a qu’une seule envie : se reposer. Les galipettes et les caresses passent au second plan après l’accouchement. Pour certains couples, cette période est la plus difficile à passer comparée à la période de grossesse durant laquelle l’humeur de la femme changeait au grès de la fluctuation de ses hormones.

Garder le contact pour toujours stimuler la libido

Les changements sont réels après l’accouchement, il est tout à fait normal que la femme puisse être sujette à une baisse de libido. Allaitement et libido ne vont d’ailleurs pas de pair. Toutefois, il peut arriver que cette baisse du désir sexuel durant l’allaitement puisse être à l’origine de tensions au sein du couple. Il faut croire que l’homme va se sentir rejeté et frustré par rapport au refus de sa femme.

Ce que vous devez savoir, c’est que les choses reviendront de manière progressive à la normale. Vous devez donc être patients et ne pas trop forcer afin d’éviter d’autres problèmes. Effectivement, il peut arriver que la femme, de peur de la réaction de son mari, accepte tout simplement de faire l’amour même si cela peut lui faire mal. Or, à l’avenir, vous allez avoir du mal à avoir du plaisir à chaque rapport sexuel qui suivra.

La meilleure solution pour entretenir la vie de couple reste la communication. Chacun de vous devra être compréhensif envers l’autre. Par ailleurs, il existe d’autres manières de raviver la flamme entre vous. L’essentiel est de ne pas perdre le contact. Vous pouvez très bien vous faire des câlins, des caresses et des massages et vous ménagez du temps pour vous deux. Cela contribuera à faire monter progressivement votre libido.

Sources:
https://www.santemagazine.fr/psycho-sexo/le-blog-sexo-de-daisy-et-marine/lallaitement-un-anti-sexe-ou-un-booster-de-libido-337768
http://www.doctissimo.fr/grossesse/sexualite-et-grossesse/Sexualite-apres-l-accouchement/allaitement-libido

Vérifiez également

fécondation in vitro

La fécondation in vitro : comment réussir la FIV ?

Plusieurs couples décident souvent de procéder à une Fécondation In Vitro ou FIV pour avoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *