fbpx
cancer du col de l’utérus

Cancer du col de l’utérus – comment l’identifier ?

Le cancer du col de l’utérus figure parmi les cancers qui ne présentent aucun signe particulier. En absence de dépistage régulier, il n’est découvert qu’au stade avancé, lorsque des saignements se présentent. Selon la statistique, près de 3 000 femmes découvrent ce cancer chaque année et près 1/3 en décéderont. Comment identifier ce type de cancer ? À quel âge les risques s’élèvent ? Est-ce possible de le prévenir ?

Les signes du cancer du col de l’utérus

L’utérus est l’organe génital féminin qui assure un rôle majeur dans la reproduction.  Elle peut être atteinte de tumeurs cancéreuses dont le cancer au niveau du col et le cancer de l’endomètre. À ses débuts, le cancer du col de l’utérus ne présente aucun signe. Lorsqu’il se trouve au stade plus avancé, certains symptômes peuvent se présenter dont :

  • Les menstruations plus longues et plus abondantes,
  • Douleur durant les rapports sexuels,
  • Les saignements vaginaux après les relations sexuelles après la ménopause ou entre deux périodes de menstruations,
  • Écoulements vaginaux nauséabonds,
  • Douleur au niveau du bassin et/ou au bas du dos.

Très souvent, ce sont ces symptômes qui incitent la patiente à consulter un professionnel de santé. Pourtant, le cancer se trouve à un stade avancé et le traitement exige une prise en charge urgente.

Cancer du col de l’utérus – les personnes à risques

40% des femmes atteintes de cancer du col de l’utérus ont moins de 50 ans. L’âge médian se trouve à 53 ans tandis que l’incidence la plus élevée est observée chez les femmes âgées de 45 à 49 ans. Chaque année, près de 1 100 femmes décèdent à cause de ce cancer. Ce sont des chiffres publiés dans le bulletin épidémiologique publié en 2019 par Santé publique France. Chez la femme, ce type de cancer représente la 12ème cause de cancer et la 12ème cause de mortalité par cancer.  Plusieurs facteurs peuvent favoriser les risques dont :

  • La négligence de se soumettre régulièrement à un test,
  • Avoir des relations sexuelles à un jeune âge ou avec des partenaires multiples ou avec des personnes ayant plusieurs partenaires,
  • Le tabac,
  • Les relations sexuelles non protégés,
  • L’affaiblissement du système immunitaire à cause du VIH ou de la prise des médicaments immunosuppresseurs,
  • Les autres maladies sexuellement transmissibles.

cancer du col de l’utérus

Cancer du col de l’utérus les causes et le mode de transmission

En général, le cancer du col de l’utérus apparaisse après une infection persistante par un papillomavirus humain ou HPV oncogène. Il faut souligner qu’il existe plus de 100 types de HPV. Dans les pays industrialisés, les deux types de HPV sont responsables de plus de 70% des cancers au niveau du col de l’utérus. Il s’agit de l’HPV 16 et l’HPV 18. Ce virus se transmet essentiellement lors de rapports sexuels non protégés. Il faut souligner qu’un simple contact avec la peau et les muqueuses permet de contracter le virus. Le cancer qui en résulte touche près de 80% des personnes qui ont des relations sexuelles avec une personne infectée. D’après une récente étude, près de 60% des contaminations au HPV se manifestent au cours de la première année de vie sexuelle. D’où l’importance de se faire vacciner contre le virus avant de débuter la vie sexuelle.

Que faire pour prévenir le cancer du col de l’utérus ?

La prévention du cancer du col de l’utérus passe par le dépistage régulier. Il a pour objet de détecter à temps les lésions précancéreuses et cancéreuses causées par le virus HPV.

Le frottis pour dépister et prévenir cancer du col de l’utérus

Il s’agit d’un examen de suivi gynécologique qui consiste à prélever et analyser les cellules du col de l’utérus. Le prélèvement est étalé sur une lame de verre puis envoyé à un laboratoire d’ana pathologie. Le technicien auprès de ce laboratoire effectue une recherche des cellules anormales. Le frottis constitue une référence chez les femmes âgées de 25 à 30 ans tous les 2 à 3 ans. Par contre, il est recommandé pour toutes les femmes jusqu’à l’âge de 65 ans.

L’importance du test viral HPV

En juillet 2010, la Haute Autorité de Santé recommande le remplacement du frottis par le test HPV. Ce test peut révéler la présence d’une infection par HPV et le virus responsable de l’infection. Il s‘agit d’un dépistage primaire du cancer du col de l’utérus et il s’adresse particulièrement aux femmes âgées de 30 ans. Si le résultat du dernier frottis était normal, la personne doit refaire le test après 3ans. Outre le cancer au niveau du col de l’utérus, il permet de connaitre les infections liées à celui de la vulve, du vagin, de l’anus, de la gorge…

Le préservatif – un moyen efficace pour prévenir le cancer du col de l’utérus

Le préservatif joue un rôle important dans la prévention du cancer de col de l’utérus. En effet, la majorité des femmes contractes le virus dès leurs premiers rapports sexuels. Le risque s’élève avec l’âge et selon le nombre de partenaires. Même si le préservatif peut limiter la transmission, il ne faut pas oublier que le virus est présent au niveau des muqueuses génitales.

Comme le cancer du col de l’utérus se manifeste suite à une infection par le virus HPV, la vaccination optimise la protection. Elle protège contre jusqu’à 70 à 90% des HPV.  Elle complète la protection offerte par les préservatifs et ne doit pas empêcher la réalisation de frottis.

Sources:
https://sante.lefigaro.fr/article/six-choses-a-savoir-sur-le-cancer-du-col-de-l-uterus/
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2522563-cancer-col-uterus-transmission-cause-age-vaccin/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *