fbpx

Comment prendre vos médicaments antidouleur ?

La prise de médicaments antidouleur est devenue un réflexe, une habitude. Les médicaments antidouleur font partie de l’alimentation quotidienne chez certains. Cette habitude présente pourtant beaucoup de risques pour la santé. D’une part, bien étudier la consommation médicaments antidouleur  permet d’en mesurer l’efficacité. De l’autre, cela aide aussi à prévenir leurs effets négatifs.

Les différents types de médicaments antidouleur

Ses principaux groupes sont le paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les substances opioïdes. Ils existent sous différentes formes.

Les médicaments antidouleur oraux

Les médicaments oraux se présentent sous la forme de comprimés, gélules, poudre soluble, sirop ou pastilles. Ils sont pris par voie digestive.

Les médicaments topiques

L’administration des  médicaments topiques est externe. Il s’agit de crème, de gel ou d’onguent dont on enduit la partie endolorie. Ils servent surtout à soulager les douleurs situées à la surface du corps. Une fois enduits, ils traversent la peau pour parvenir jusque dans le sang.

Les injections

Les médicaments antidouleur sont plus efficaces injectés. On pratique l’injection quand on recherche une action rapide. Mais cette méthode est aussi la solution quand l’individu éprouve des difficultés à avaler les médicaments. L’injection peut être intraveineuse, intramusculaire ou sous-cutanée.

Selon le degré de leur pouvoir antalgique, on peut classifier les  médicaments antidouleur en trois niveaux différents.

  • Les médicaments antidouleur de niveau 1

Ce sont le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ils soulagent les douleurs plutôt légères. Leur action antidouleur obéit à un seuil d’efficacité moindre. Si la prise de la dose maximale indiquée n’est pas efficace contre la douleur ressentie, une dose supplémentaire serait inutile.

  • Les antidouleurs de niveau 2

Les médicaments antidouleur  de niveau 2 sont des opioïdes faibles. Ce sont la codéine et le tramadol souvent associé a des antidouleurs de niveau 1. Cette association permet de combiner les pouvoirs antalgiques. Le niveau 2 de médicaments correspond au niveau d’efficacité pour soulager des douleurs modérées.

  • Les médicaments antidouleur de niveau 3

Le niveau 3 comprend les opioïdes forts comme la morphine, le fentanyl, l’oxycodone et l’hydromorphone. Contrairement aux médicaments du niveau 1, l’efficacité s’accroit proportionnellement avec la dose. Le médecin prescrit ces antalgiques quand la douleur est forte.

Mode d’emploi et posologie

Ils sont à consommer avec modération. Pour une douleur plus ou moins intense, le paracétamol est conseillé à une dose de 1 gramme au maximum par prise. La dose maximale en une journée est de trois grammes répartis en doses de cinq cents milligrammes pris à intervalles réguliers décalés d’un minimum de six heures. Cette dose de charge ne doit pas être prise deux jours successive. Si la douleur persiste, il faut penser à passer au niveau supérieur de médicaments antidouleur.

médicaments antidouleur

Les risques de  la consommation de médicaments antidouleur

La prise de médicaments antidouleur  peut provoquer des effets négatifs.

  • Les effets indésirables du paracétamol

La consommation abusive de paracétamol provoque des lésions très graves au niveau du foie. Ces lésions peuvent mener jusqu’à la nécessité d’une greffe du foie. Certains produits comme les antigrippes contiennent une quantité non mesurée de paracétamol. Souvent, on ignore cette quantité alors qu’elle  s’ajoute aux doses prescrites. Les deux quantités additionnées produisent l’excès.

  • L’ibuprofène

La prise prolongée de l’ibuprofène a des effets toxiques sur les reins et sur tout le système digestif. Il peut provoquer entre autres des ulcères gastriques. Aussi, il affecte le système cardio-vasculaire. Il peut entraîner l’hypertension artérielle. Ces effets peuvent même s’étendre sur un accident vasculaire cardiaque ou cérébral. Ne jamais prendre en cas de grossesse!

  • Les opioïdes

L’usage des opioïdes est le plus à observer avec précaution. Il vous est prescrit et vous ne devrez jamais le conseiller à une autre personne sans un avis médical. L’effet le plus courant de la consommation des opioïdes est l’addiction. Une overdose d’opioïde provoque une intoxication pouvant être mortelle.

Les précautions d’emploi des médicaments antidouleur

La première  attitude est de bannir l’automédication de ses habitudes. Il faut en tous les cas respecter les prescriptions médicales à la lettre.

Ce n’est pas au patient de décider d’augmenter ou de diminuer les doses, encore moins d’arrêter le traitement. Il doit tenir son médecin de toute évolution au niveau de la douleur. Si les médicaments antidouleur administrés s’avèrent inefficaces, la décision de changer de traitement revient uniquement au médecin. De même, il faut signaler l’apparition de tout effet secondaire, aussi insignifiant qu’il puisse paraître. Pour prévenir les possibles interactions médicamenteuses, il faut absolument tenir le médecin au courant de la prise de tout autre médicament. La meilleure façon est d’en dresser une liste.

Les médicaments antidouleur surtout oraux doivent être administrés aux environs des heures de repas. Les prises intermédiaires doivent toujours s’accompagner de collations. Cette mesure est utile pour protéger l’estomac.

Il faut également tenir compte des possibles effets soporifiques de certains médicaments antidouleur. Ainsi, il faut éviter de les prendre en début de journée. Il ne faut jamais en prendre avant la conduite de véhicules. Le meilleur moment pour la prise de tels médicaments antidouleur  est le soir, juste avant le coucher.

Sources:
https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/39056/reader/reader.html#!preferred/1/package/39056/pub/56582/page/10
https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-traitement/medicaments-antidouleurs-comment-les-prendre-a-bon-escient-335122

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter

En échange de votre inscription à notre Newsletter, nous vous offrons notre dossier : " Perdre du poids sans efforts physique ".

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vérifiez également

thrombose veineuse

Thrombose veineuse – facteurs de risques, symptômes et traitements

La thrombose veineuse ou phlébite indique la présence d’un caillot, appelée thrombose ou thrombus dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *