Accueil / Libido / Incontinence urinaire chez les personnes âgées: origines et traitements

Incontinence urinaire chez les personnes âgées: origines et traitements

L’incontinence urinaire peut toucher tout le monde. Néanmoins, cette maladie touche beaucoup plus les personnes âgées que les jeunes. En effet, 30% des personnes de plus de 75 ans sont concernées par ces troubles urinaires invalidants. Malgré ce taux, bon nombre des personnes âgées souffrant de fuite urinaire refuse de parler de leur problème. Rendant plus difficile leur prise en charge. Dans ce qui suit, vous allez connaître tout ce qu’il faut retenir lorsqu’il s’agit des origines de l’incontinence urinaire chez les seniors ainsi que leur traitement.

C’est quoi l’incontinence urinaire ?

En des termes très simples, l’incontinence urinaire se traduit par la fuite involontaire d’urine. Les deux tiers des personnes souffrant de cette maladie ont plus de 60 ans. Effectivement, la prévalence de ce trouble chez les personnes âgées augmente avec le temps. Dans les maisons de retraite, 50% d’entre eux sont touchés.

L’incontinence urinaire chez la femme est plus courante puisque la prévalence est de 70% chez les séniors. Ainsi, à partir de 70 ans, une femme sur trois est concernée. Ce chiffre s’explique par le fait que cette maladie est étroitement liée à la dégénérescence et l’appauvrissement en fibres de la vessie. Ce qui est un processus tout à fait naturel. Les personnes incontinentes ne peuvent donc pas contrôler leur vessie et l’urine coule toute seule.

Comment se manifeste-t-elle chez les séniors ?

Chez les personnes âgées, les fuites urinaires peuvent être classées en quatre principales catégories d’incontinence :

  • L’incontinence de situation – il s’agit des fuites liés aux troubles cognitifs tel l’Alzheimer ou des crises de démences ;
  • Incontinence d’effort – ce trouble est lié à une insuffisance du sphincter ;
  • L’incontinence due à un handicap moteur ;
  • L’incontinence par regorgement – une vessie distendue est la principale cause de cette forme d’incontinence urinaire chez les séniors.

Les causes et les facteurs de risque de la maladie chez les séniors

Que ce soit de l’incontinence urinaire en dormant ou une fuite urinaire en toussant, le vieillissement en est la principale cause chez un sujet âgé. L’âge modifie en effet la morphologie et les fonctions du sphincter et de la vessie. Il est aussi responsable de la diurèse.

Les principales causes de l’incontinence urinaire chez la personne âgée sont alors :

  • Des troubles moteurs ;
  • Des troubles se rapportant à la coordination ;
  • Environnements inadaptés aux conditions de la personne âgée ;
  • Troubles métaboliques comme la polyurie. Celle-ci se traduit par une sécrétion anormale et importante d’urine
  • Des troubles neurologiques ou encore un accident vasculaire cérébral ou AVC ;
  • Les effets indésirables se rapportant à la prise de certains médicaments ou faisant suite à une chirurgie.
  • Certaines pathologies comme la sclérose en plaques sont aussi responsables des troubles de  la miction chez les séniors.

Par ailleurs, la survenue de l’incontinence urinaire chez les séniors peut être favorisée par certains facteurs comme :

  • L’immobilisation ou la diminution de la mobilité du sujet âgé ;
  • Le diabète ;
  • La constipation ;
  • La toux chronique ;
  • L’hypertrophie de la prostate chez les hommes âgés ;
  • L’usage fréquent de sédatifs.

Incontinence urinaire

Les impacts de la fuite urinaire chez les personnes âgées

La majorité des personnes âgées souffrant d’incontinence urinaire n’osent pas en parler à cause de la gêne qu’elles peuvent ressentir. L’incompréhension de la maladie et la peur d’une opération chirurgicale les conduisent aussi à se refermer sur elles-mêmes et à ne pas en parler.

Or, les conséquences de l’incontinence urinaire peuvent être lourdes sur la vie des patients.

  • Un isolement social et familial : la personne qui souffre de fuite urinaire peut se replier sur elle-même, s’écarter et s’isoler et ne plus vouloir sortir de chez elle.
  • Dépression : le sénior souffrant d’incontinence urinaire risque aussi de sombrer dans la dépression.
  • L’entrée en institution : à côté des démences, les pertes urinaires sont aussi des motifs pour lesquels les personnes âgées entrent en institution spécialisée.
  • Le risque de chute : des fuites urinaires exposent les personnes âgées à un risque de chute et de fractures du col du fémur.

Afin de prendre en charge l’incontinence urinaire des séniors de manière correcte, le dialogue est très important. Il permettra de mieux cerner les causes et les sentiments du patient vis-à-vis de sa maladie. Le dialogue servira aussi à le rassurer par rapport au fait qu’il n’y a pas de honte à avoir par rapport à cette pathologie liée à l’âge.

Les traitements de l’incontinence urinaire chez un sujet âgé

En matière de traitement de l’incontinence urinaire, les personnes âgées peuvent bénéficier des mêmes prises en charge que les sujets plus jeunes.

Elles peuvent alors choisir parmi les solutions suivantes si leur état de santé le leur permet :

  • Une rééducation périnéale : ce soin est recommandé pour les personnes souffrant d’incontinence d’effort. Il va aider au renforcement des muscles du périnée. Ce qui permettra d’éviter les fuites provoquées par le déséquilibre entre pression périnéale et pression abdominale. La rééducation périnéale permet aussi de résister efficacement aux envies pressantes.
  • Un traitement médicamenteux : Chez l’homme, l’utilisation des alphabloquants contre l’incontinence urinaire permet de contrer les contractions à l’origine de l’obstacle urinaire. Chez la femme, des traitements hormonaux peuvent aider à lutter contre l’atrophie de la vulve et de l’urètre.
  • Un traitement chirurgical : plusieurs solutions peuvent être proposées en termes de traitement chirurgical de l’incontinence urinaire. Il y a par exemple la mise en place de bandelettes sous l’urètre, les ballons ajustables ou encore les sphincters artificiels.
  • Les palliatifs : chez l’homme l’utilisation des étuis péniens est recommandée. Chez la femme, Ce sont plutôt les couches pour sénior qui sont conseillées. Néanmoins, les palliatifs doivent être utilisés en dernier recours car ils provoquent la dépendance.

Sources:
https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/24803-Incontinence-urinaire-imperiosite-AVC-surpoids-partie-facteurs-risque
https://www.planetesante.ch/Magazine/Gynecologie/Incontinence/L-incontinence-urinaire-un-probleme-qui-touche-aussi-bien-les-femmes-que-les-hommes

Vérifiez également

Ejaculation précoce

Ejaculation précoce, les meilleures astuces pour l’éviter

Depuis que vous sortez avec votre partenaire, vos moments d’intimité ont toujours tourné court du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *