fbpx

La maladie de Fanconi, une maladie génétique rare mais dangereuse

La maladie de Fanconi ou anémie de Fanconi est une affection génétique de la réparation ADN. Elle est très rare, avec une prévalence estimée à 1 sur 300 000 naissances. Elle associe :

  • Des malformations congénitales variables en nombre et en gravité ;
  • Un risque élevé de leucémie aiguë ;
  • Une aplasie médullaire progressive ;
  • Une prédisposition marquée pour certaines tumeurs solides.

Cette maladie doit son nom au pédiatre suisse Guildo Fanconi. Il a décrit cette affection chez des enfants issus de vallées alpines en 1927, où l’isolement géographique favorisait la consanguinité. La maladie de Fanconi survient de façon égale chez les hommes et les femmes et peut toucher tous les groupes ethniques.

Symptômes et caractéristiques

La maladie de Fanconi se caractérise par un ensemble de malformations congénitales variables et une insuffisance de la moelle osseuse d’apparition retardée. Mais aussi par un risque important de leucémie aiguë et de cancers. Il peut être difficile d’établir son diagnostic, de plus, il se fait rarement à un stade précoce. On le pose souvent à cause des malformations congénitales ou pendant le stade d’apparition de l’insuffisance de la moelle osseuse. Par ailleurs, il existe une grande hétérogénéité des signes cliniques. Ces derniers peuvent varier d’un individu à un autre et ceci est aussi vrai au sein d’une même fratrie.

Méthode diagnostique

Du fait de la grande hétérogénéité clinique, génétique et pathogénique de la maladie de Fanconi, son diagnostic repose sur le test de cassures chromosomiques induites par la mitomycine C ou par le diépoxybutane (DEB).

Diagnostic différentiel

Les manifestations cliniques de la maladie de Fanconi se recoupent avec celles de plusieurs syndromes malformatifs. Le diagnostic de la maladie de Fanconi est souvent tardif au stade de l’aplasie médullaire ou de transformation maligne. Il faut toujours évoquer cette maladie dans le diagnostic d’une aplasie médullaire du sujet jeune. Les autres syndromes de prédisposition aux cancers sont aussi discutés, ainsi que les syndromes avec pancytopénie.

Diagnostic prénatal

Le diagnostic prénatal est possible par analyse moléculaire de la mutation ou par le test des cassures chromosomiques.

Les principaux signes cliniques de la maladie de Fanconi

Les malformations congénitales très hétérogènes sont les premiers signes cliniques. Elles peuvent entre autres concerner :

  • Le squelette : anomalies des radius, des pouces, microcéphalie (aspect particulier du visage, petit périmètre crânien), petite taille ;
  • Les yeux ;
  • Les reins et l’appareil urogénital ;
  • La peau (tâches café au lait) ;
  • Le système nerveux central ;
  • Les glandes endocrines ;
  • Le cœur et les poumons.

La petite taille fait partie des caractéristiques les plus fréquentes. Elle commence pendant la vie utérine et les enfants naissent souvent petits. Dans la grande majorité des cas, on peut observer un retard de croissance modéré. Toutefois, il peut être plus marqué chez certains patients, ou au contraire peu marqué. Cette petite taille est souvent le résultat des déficits hormonaux, mais pas toujours. Par ailleurs, il n’y a souvent pas de retard du développement intellectuel ou psychomoteur.

Les signes hématologiques

L’âge de survenue de l’atteinte de la moelle osseuse est très variable. Environ ¾ des patients présentent une aplasie médullaire sévère ou modéré avant 10 ans. Cette aplasie se caractérise par l’arrêt ou l’insuffisance de la production des cellules sanguines dans la moelle osseuse. Les premiers signes sont des cytopénies (réduction du taux de cellules sanguines) qui commencent généralement par une baisse des plaquettes et des globules blancs. Mais aussi, associée à une anémie. Une aplasie médullaire s’installe de manière progressive. Elle est à l’origine de besoins en transfusions et d’infections répétées. La grande majorité des patients ont évolué vers une aplasie avant 20 ans. Souvent précédée d’un syndrome myélodysplasique, une leucémie aiguë peut venir compliquer cette évolution. Il faut savoir que l’absence de dysfonction de la moelle osseuse n’est pas pour autant en mesure d’éliminer le diagnostic de la maladie.

Les prédispositions aux cancers

Les cancers dans la maladie de Fanconi surviennent à un âge inhabituellement jeune, ainsi que chez des sujets non exposés aux facteurs de risques classique (alcool, tabac). La tumeur solide la plus fréquente chez les sujets avec une maladie de Fanconi est le cancer épidermoïde de la tête et du cou. L’incidence de ce cancer chez les patients est plus élevée que dans la population générale. Il concerne tous les patients, qu’ils soient greffés ou non greffés. Par ailleurs, les prédispositions aux tumeurs des parties gynécologiques sont également plus élevées que dans la population générale. Elles impliquent un suivi systématique dès les premières règles. Pour les personnes non greffées, on observe souvent la survenue d’une leucémie aiguë, précédée d’un syndrome myélodysplasique. Dans ce cas-ci, un suivi annuel avec examen cytologique de la moelle osseuse sont nécessaires.

Prise en charge et traitement

Le traitement repose sur les transfusions concentrées en globules rouges ou en plaquettes déleucocytés. La greffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) est l’unique traitement curatif des manifestations hématologiques. Toutefois, elle expose à un risque important de tumeurs solides. Les androgènes oraux constituent le traitement symptomatique. Ils servent à améliorer le taux d’hématies dans certains cas. On peut aussi envisager l’administration de facteur de croissance.

Sources:
https://www.doctissimo.fr/sante/genetique/maladie-genetique/anemie-de-fanconi
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-anemie-fanconi-3679/

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter

En échange de votre inscription à notre Newsletter, nous vous offrons notre dossier : " Perdre du poids sans efforts physique ".

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vérifiez également

perturbateurs endocriniens

Perturbateurs endocriniens – quels risques pour la santé et comment s’en protéger ?

Les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans l’environnement humain. Ils peuvent interférer avec le système hormonal, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *