fbpx
fibrome utérin

Le fibrome utérin, comment le détecter et comment soigner ?

Le fibrome utérin est une tumeur que connaissent presque 80 à 90 % des femmes. C’est un problème très courant en Afrique, plus de 80 % des femmes présentent un fibrome. Dans la race caucasienne, 50 % de femmes sont frappées par cette tumeur. Mais heureusement, c’est une tumeur bénigne, non cancéreuse.

Le fibrome utérin en quelques mots

Le fibrome utérin est une tumeur, qui s’installe sur les parois utérines ou dans certains cas, en dehors. Une femme peut présenter un ou plusieurs fibromes, ils peuvent être isolés en groupe. On parle également de myome ou de fybromyome pour décrire cette tumeur bénigne.

Dans la plupart des cas, le fibrome utérin frappe les femmes qui sont encore en âge de procréer. Il n’y a pas encore de causes définies à l’origine du fibrome utérin. On estime que ce sont les facteurs génétiques, hormonaux et environnementaux qui causent cette anomalie. Le développement de la tumeur commence par une cellule qui serait touchée. Ensuite, en présence d’œstrogène, la croissance et la propagation de la cellule, victime de mutation génétique se font très rapidement.

Il n’annonce aucun signal qui laisse attendre que vous ayez un fibrome. Le plus souvent, par hasard, il est décelé lors d’une échographie. Il existe trois types de fibromes utérins :

  • Les fibromes intramuraux ou fibromes interstitiels, lorsque la tumeur se développe dans la couche musculaire de la paroi utérine.
  • Les fibromes sous-séreux, lorsqu’ils se développent à l’extérieur de la paroi utérine.
  • Fibromes sous-muqueux ou endocavitaires, lorsque les tumeurs s’installent à l’intérieur de la cavité utérine. Dans ce cas, ils se développent sous les muqueuses utérines. 

Les symptômes de la tumeur

Dans 70 % des cas, le fibrome utérin ne présente généralement aucun symptôme. Pour les 30 % qui restent, les patientes vont voir se développer quelques symptômes. Ces signaux varient en fonction de la localisation du fibrome utérin et de sa taille.

  • Perte vaginale
  • Envie fréquente d’uriner
  • Constipation
  • Douleur dans le ventre
  • Douleur dans le dos
  • Fausse couche répétée
  • Infertilité (très rare)
  • Saignement abandon lors des menstruations

La prévention et le traitement de la tumeur

Comme il a déjà été avancé, on n’a pas encore déterminé avec précision les causes du fibrome utérin. Néanmoins, il faudrait avoir une bonne hygiène de vie. Selon les statistiques, les femmes qui présentent un fibrome utérin sont essentiellement celles ayant des problèmes de poids. Il vaut mieux concilier ainsi alimentation équilibrée et activités physiques régulières. Lorsque le corps présente un surplus de graisse, il s’active à produire plus d’œstrogène. Or, ce sont ces hormones, qui par la suite vont faire croitre la tumeur.

Par rapport aux traitements médicaux, ceux-ci sont apparus depuis moins de 5 ans. Le problème avec le fibrome utérin, c’est qu’il s’agit d’une maladie asymptomatique. Cela signifie qu’on ne peut pas faire de vérification ou de surveillance particulière. Par contre, lorsqu’il est dépisté qu’une femme présente un fibrome utérin, elle doit consulter et surveiller l’évolution de la tumeur. Le choix du traitement se fait en fonction de plusieurs facteurs personnels. On demande à la patiente notamment si elle souhaite ou non avoir des enfants. Ses préférences personnelles ainsi que son âge seront déterminants.

Auparavant, il n’y avait pas de traitements médicaux pour le fibrome utérin. Il s’agissait tout simplement de limiter les symptômes, en régulant le cycle menstruel de la patiente. Aujourd’hui, depuis quelques années, il existe des médicaments qui vont directement agir sur la tumeur. Le but est d’en stopper la croissance et de l’éradiquer définitivement.

fibrome utérin

Les solutions chirurgicales

La chirurgie est la solution qui garantit à 100 % que le fibrome utérin ne reviendra plus jamais. Certaines femmes, qui ne veulent plus d’enfant décident de recourir à l’hystérectomie. Il s’agit de l’ablation totale de l’utérus.

Mais il ne s’agit pas de la seule solution chirurgicale. Il est possible de conserver l’utérus et d’enlever seulement la tumeur. Il s’agit d’une opération de myomectomie. Dans ce cas, la femme peut toujours avoir un enfant. Mais il faut faire attention, car l’opération fragilise l’utérus. Le plus souvent, une femme ayant subi une myomectomie devra accoucher par voie de césarienne. Contrairement à l’hystérectomie, ce n’est pas une solution définitive. Il reste encore 10 à 15 % de chances que d’autres fibromes fassent leur apparition.

Et enfin, il existe une dernière solution chirurgicale, il s’agit de l’embolisation. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’enlever les fibromes, mais plutôt de les assécher. Le fibrome va diminuer en volume, jusqu’à disparaitre. C’est l’intervention la moins complexe et la moins pénible de toutes. En plus, elle permet de conserver l’utérus en l’état. Par contre, cette technique est limitée. Elle ne peut être pratiquée sur tous les types de fibromes.

En somme, il existe aujourd’hui plusieurs solutions. Une femme présentant un fibrome utérin n’a pas à passer obligatoirement par l’hystérectomie. Il ne faut pas non plus oublier que cette maladie ne présente aucun signe. Les femmes ne sont pas toujours au courant qu’elles sont porteuses de cette tumeur. Il faut que des examens soient pratiqués régulièrement, au moins une fois par an. On parle d’un bilan de santé général, assorti d’une échographie et/ou d’autres examens pelviens.

Sources:
https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=fibrome-uterin-pm-prevention-du-fibrome-uterin
https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/maladies-gynecologiques/fibrome-uterin-faut-il-operer-ou-pas-171164

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.