fbpx
VPH, qu'est ce que c'est?

Le VPH : qu’est-ce que c’est ?

Toute personne sexuellement active a probablement entendu parler du VPH, ce qui ne devrait pas nous surprendre. Il s’agit de l’infection sexuellement transmissible (IST) la plus répandue de nos jours. À ne pas confondre avec l’herpès et le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Le virus du papillome humain (VPH) fait référence à un groupe de virus qui affectent non seulement votre peau, mais également les muqueuses humides qui recouvrent votre corps. Cela peut inclure votre bouche et votre gorge, votre col utérin et votre anus.

Comment se propage le VPH ?

Certains facteurs de risque peuvent vous rendre vulnérable à l’infection. Cela dépend principalement de l’état de votre système immunitaire, vos partenaires sexuels multiples, de l’utilisation de contraceptifs oraux ainsi que votre consommation chronique d’alcool et de tabac.   Cependant, pour pouvoir passer d’une personne à une autre, le virus du papillome humain a besoin d’un contact intime peau à peau.

Notez que le VPH infecte la couche supérieure de votre peau. Il ne pénètre pas dans votre circulation sanguine, n’atteint pas la moelle épinière et n’affecte certainement pas vos organes internes. Le virus peut également pénétrer dans votre peau par une blessure, une coupure, une abrasion ou une petite déchirure.  Bien que dans de rares cas, il peut être transmis à la verticale de la mère à l’enfant à la naissance, ce virus se transmet par anal, vaginal ou oral avec une personne infectée.

Une maladie silencieuse

Le virus VPH est difficile à cerner. En effet, il peut être transmis même si la personne infectée ne présente aucun symptôme apparent. De plus, les indicateurs visibles d’une infection persistante ne se manifestent parfois pas immédiatement. Il peut se développer des années après que vous ayez eu une relation sexuelle avec la personne infectée. C’est pourquoi il peut être difficile de déterminer avec précision le moment où vous avez été infecté pour la première fois.

Comment savoir si vous avez le VPH ?

Les femmes peuvent demander un test afin de déterminer si elles sont actuellement infectées par le VPH génital.  Les verrues sont le principal symptôme physique d’infection par certains types de virus à papillome humain. Elles peuvent se manifester dans différentes zones de votre corps. Les verrues se manifestent également sous formes différentes, principalement :

Les verrues communes

Le plus souvent observées sur les mains, les coudes ou les doigts, ces verrues apparaissent généralement aux endroits où vous avez la peau cassée.

Les verrues plantaires

Dures, granuleuses et généralement inconfortables, elles donnent l’impression de marcher sur des cailloux. En effet, elles se trouvent généralement sur la plante des pieds ou sur les talons.

Les verrues planes

Il s’agit de lésions à sommet plat légèrement surélevées qui peuvent apparaître presque n’importe où dans votre corps. Elles se manifestent le plus souvent sur le visage et les jambes.

Les verrues filiformes

Elles se développent rapidement, généralement autour de la bouche, du nez et des yeux, et ressemblent à des bosses ornées de fils ou de brosses.

Les verrues génitales

Les femmes infectées développent ces verrues sur leur vulve, sur le col de l’utérus, dans le vagin ou près de l’anus. Alors que chez les hommes, elles apparaissent sur le scrotum, le pénis ou autour de l’anus.

Une femme peut également apprendre qu’elle est infectée par ce virus lorsqu’elle subit un test de Pap, qui permet de détecter la présence de cellules anormales sur le col de l’utérus. Si des cellules anormales sont trouvées, on parle de dysplasie cervicale. Le médecin peut alors ordonner des tests ou des procédures supplémentaires pour déterminer la gravité de la dysplasie.

Le virus à papillome humain peut entraîner certaines complications pour la santé

À défaut des soins médicaux, les verrues génitales du VPH peuvent causer des complications telles qu’un écoulement urinaire anormal (chez les hommes) et des saignements ou des pertes vaginales.  Certaines infections peuvent également causer des lésions aux voies respiratoires, affectant les amygdales, la langue, le larynx, le palais et le nez.

Dans certains cas, ce virus peut entraîner des cancers du pénis, du vagin, de la vulve, de l’anus, de l’oropharynx ou du col de l’utérus. Cela se produit si des cellules anormales du col utérin persistent au-delà de deux ans et s’aggravent.

L’utilisation des préservatifs vous épargnera-t-elle de ce virus ?

Plusieurs personnes pensent que le port du préservatif peut être suffisant pour se protéger contre cette maladie. Bien que ce type de contraceptif puisse être efficace contre les IST qui se transmettent par les fluides corporels, il offre en réalité moins de protection pour les IST transmises par contact peau à peau. Par exemple, l’herpès est un type d’IST dans laquelle les préservatifs peuvent avoir moins d’avantages en termes de protection.

La raison en est que les préservatifs ne couvrent pas toute la région génitale des hommes ou des femmes. L’anus, la vulve, la région périnéale, la base du pénis et le scrotum ne sont toujours pas découverts, permettant ainsi la transmission du virus.

Néanmoins, cela ne signifie pas que les préservatifs sont totalement inutiles. Leur utilisation peut réduire votre risque de contracter l’infection, ainsi que le risque d’une grossesse non planifiée ou de maladies telles que le VIH. Ainsi, l’utilisation de préservatifs peut encore offrir un certain niveau de protection lors des rapports sexuels, mais ce n’est pas une solution à toute épreuve.

 

Sources

Accent sur la santé Obgyn, PC, HPV Foire aux questions

Mayo Clinic, Présentation générale sur l’infection par le VPH, 19 octobre 2018

Maladies infectieuses en obstétrique et gynécologie, vol. 2010, numéro d’article 326369, 7 pages, 2010.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.