fbpx

Les effets néfastes de la cocaïnomanie sur la santé

La cocaïnomanie est un abus de substance lié à la dépendance en cocaïne. La personne est dite dépendante à une drogue lorsque :

  • La quantité du produit nécessaire pour obtenir un même effet augmente ;
  • L’arrêt de la consommation provoque des symptômes de sevrage;
  • Les doses et la fréquence de consommation augmentent.

Un cocaïnomane consacre largement son temps aux activités reliées à la consommation de cocaïne. Il n’arrête pas malgré les effets négatifs graves qu’il ressent. La dépendance semble se déclencher lorsqu’une utilisation répétée de la substance altère certains neurones du cerveau. Il est à savoir que chaque neurone a la capacité de libérer et de recevoir des neurotransmetteurs. Cela permet aux neurones de communiquer entre eux. L’altération du fonctionnement général se déclenche lors de l’utilisation d’un stimulant qui modifie certains récepteurs des neurones. Les dégâts peuvent subsister à vie même si la personne arrête sa consommation.

Les éléments des neurones stimulés par la cocaïne

Trois neurotransmetteurs sont principalement stimulés dès que la cocaïne atteint le système nerveux central. À savoir :

La dopamine

Les neurones la libèrent automatiquement pour activer les réflexes de satisfaction et de récompense. Elle semble être le principal neurotransmetteur en lien avec la dépendance. En effet, chez les cocaïnomanes les réflexes de satisfaction ne se déclenchent plus.

La norépinephrine

Les neurones la libèrent normalement en réponse au stress. Elle déclenche l’accélération du rythme cardiaque et l’élévation de la pression sanguine. La cocaïnomanie provoque un accroissement de la fonction motrice, suivi de tremblements légers.

La sérotonine

La sérotonine est garant de la régulation de l’humeur, du sommeil et de l’appétit. Elle implique une action calmante sur l’organisme.

Les feuilles de l’Erythroxyloncoca

La cocaïne pure est obtenue à partir de la feuille de l’Erythroxyloncoca. Les amérindiens et les conquistadors mâchaient sa feuille pour son effet tonique. Ce n’est qu’au XXI siècle que la cocaïne pure fut extraite. Les médecins l’utilisaient à l’époque comme remèdes. À cette époque, on ignorait encore ses conséquences néfastes. D’ailleurs Thomas Edison et Sigmund Freud font partie des usagers célèbres. L’ingrédient du « coca-cola » contenait même à une époque de la cocaïne (Aujourd’hui la boisson n’en contient plus).

Les formes chimiques de la cocaïne

Il en existe deux formes chimiques : le chlorhydrate de cocaïne et le crack. La première s’agit d’une poudre blanche qui peut être reniflée, injectée (en le dissolvant dans l’eau) ou fumée. Quant au second, elle s’obtient par une transformation chimique du chlorhydrate de cocaïne.  Le crack est sous forme d’une pâte dure et se fume.

Prévalence de la cocaïnomanie

Le National Institute on Drug Abuse des Etats-Unis (NIDA) affirme que le nombre de cas diminue depuis dix ans. Aux Etats-Unis et en Europe, la cocaïnomanie reste toutefois la plus importante cause des admissions liées aux drogues dans les hôpitaux. Aux Etats-Unis 35,4 millions d’américains âgés de 12 ans et plus ont déclaré avoir déjà consommé la drogue. En Europe, on estime que le nombre de consommateurs en général (consommateur de passage et dépendant) est de 14millions.

Symptôme de la cocaïnomanie

Les symptômes de la cocaïnomanie sont physiologiques et psychologiques. Ses signes particuliers sont :

  • Un état de contemplation (manque de réflexe) ;
  • Un état d’euphorie ;
  • Une poussée d’Energie ;
  • Une réduction du besoin de sommeil et de se nourrir ;
  • Une accélération de la parole ;
  • Parfois, une facilité à exécuter des tâches intellectuelles et physiques, toutefois accompagné d’une perte de jugement ;
  • L’élévation de la pression sanguine ;
  • Une arythmie cardiaque ;
  • La bouche sèche ;
  • Une respiration rapide.

Les conséquences de la consommation de la cocaïne s’accentuent avec l’augmentation de la dose. L’euphorie peut aboutir à une forte agitation, de la paranoïa et une forte anxiété. Une overdose peut entraîner la mort du consommateur.

cocaïnomanie

Les risques encourus par le cocaïnomane

Risques pour le consommateur

  • Certaines réactions allergiques ;
  • Perte d’appétit et de poids ;
  • Hallucinations ;
  • Insomnie ;
  • Problèmes aux voies respiratoires ;
  • Problèmes cardiovasculaires (à partir d’une dose de 20 mg) ;
  • Dommages aux cellules du foie et des poumons ;
  • Problèmes pulmonaires ;
  • Problèmes neurologiques (maux de tête, excitabilité, dépression profonde, idées suicidaires) ;
  • Hépatite C et infection au VIH (En raison de l’échange d’aiguilles ou des rapports sexuels) ;
  • Problèmes gastro-intestinaux.

La cocaïne peut aussi entraîner des complications liées à certaines pathologies. Surtout si le patient est déjà prédisposé d’une maladie. Entre autres, le mélange cocaïne-alcool constitue la cause la plus fréquente de la mortalité.

Risques pour le fœtus

  • Mort (avortement spontané) ;
  • Naissance prématurée ;
  • Anomalies physiologiques ;
  • Poids et taille inférieurs à la normale ;
  • Sur le long terme : troubles du sommeil et du comportement.

Risques pour le bébé nourri au sein (la cocaïne passe dans le lait maternel)

  • Convulsions ;
  • Élévation de la pression sanguine ;
  • Accélération du rythme cardiaque ;
  • Problèmes respiratoires ;
  • Irritabilité inhabituelle.
  • Effets secondaires du sevrage :
  1. Dépression,
  2. Somnolence excessive,
  3. Épuisement,
  4. Maux de tête,
  5. Faim,
  6. Irritabilité et difficulté de concentration ;
  7. Dans certains cas les tentatives de suicide, paranoïa et perte de contact avec la réalité se manifestent.

Sources:
https://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/tabac-alcool-drogues/cocaine/quest-ce-que-cest
https://www.topsante.com/themes/cocaine

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter

En échange de votre inscription à notre Newsletter, nous vous offrons notre dossier : " Perdre du poids sans efforts physique ".

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vérifiez également

thrombose veineuse

Thrombose veineuse – facteurs de risques, symptômes et traitements

La thrombose veineuse ou phlébite indique la présence d’un caillot, appelée thrombose ou thrombus dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *