fbpx

Quand-est-ce qu’on parle d’azoospermie ou d’infertilité masculine ?

L’azoospermie est une anomalie qui se caractérise par une absence de spermatozoïde dans l’éjaculat. Rappelons que l’éjaculat décrit le fluide éjaculé lors de l’orgasme masculin. Ce phénomène entraîne alors l’infertilité de l’homme, car l’absence de spermatozoïdes signifie l’impossibilité de féconder.

Elle touche environ 1% des hommes dans la population générale, soit 5 à 15% des hommes infertiles.

Les facteurs possibles de l’azoospermie

Il en existe deux types. Chacun dépend en fonction de la cause.

L’azoospermie sécrétoire (ou NOA, pour Non Obstructive Azoospermia)

On assiste à une altération de la spermatogénèse et les testicules ne produisent pas de spermatozoïdes. Ce phénomène peut résulter de :

  • Un facteur hormonal, associée avec un hypogonadisme ou congénital

Autrement dit, une absence ou une anomalie de sécrétion des hormones sexuelles ou un syndrome de Kallmann- Morsier. Mais ce trouble hormonal peut résulter de tumeurs hypophysaires ou par exemple après un traitement de chimiothérapie.

  • Une prédisposition génétique

À l’exemple du syndrome de Klinefelter. Celui-ci entraine la présence d’un chromosome X supplémentaire. Le syndrome concerne 1 homme sur 1200. Autres exemples, on peut aussi citer des anomalies chromosomiques qui expliquent les 5,8% des problèmes d’infertilité masculine.

  • Une dysgénésie gonadique

Les cellules germinales dégénératives conduisent à une obstruction des tubules séminifères. Celle-ci est secondaire à une incapacité de phagocytage des cellules de Sertoli.

  • Une cryptorchidie bilatérale

Les deux testicules ne descendent pas dans les bourses, ce qui trouble le processus de spermatogenèse.

L’azoospermie obstructive ou excrétoire (OA, Obstructive Azoospermia)

Les testicules sont capables de produire des spermatozoïdes mais ils ne peuvent être extériorisés en raison d’une obturation. On peut citer par exemple comme cause de cela, une anomalie au niveau de l’épididyme, des canaux éjaculateurs, des canaux déférents. Les facteurs peuvent être d’origine :

  • Congénitale

Les voies séminales sont en altération dès l’embryogénèse, ce qui entraine une absence des canaux éjaculateurs. Chez les hommes atteints de mucoviscidose, une mutation du gène CFTR peut expliquer l’absence de canaux déférents.

  • Infectieuse

Une infection spécifique peut provoquer une obstruction des voies déférentes. Celle-ci peut s’agir d’une prostato-vésiculite, épididymite, utricule prostatique.

Les symptômes de l’azoospermie

Il ne présente qu’un seul symptôme : l’infertilité.

azoospermie

Le diagnostic d’une azoospermie

Une consultation d’infertilité

Celle-ci permettra de poser un diagnostic. Une réalisation systématique de spermogramme confirmera s’il y a azoospermie ou non. Cet examen consiste à analyser le contenu du sperme, d’en évaluer différents paramètres. À l’issu de l’examen, le praticien va comparer les résultats en se référant aux normes établies par l’OMS.

Pour poser le diagnostic

En cas d’azoospermie, on ne retrouve aucun spermatozoïde après l’éjaculation. Pour poser le diagnostic, il est obligatoire d’entreprendre un, voire deux autres spermogrammes, à trois semaines d’intervalle chacun. En effet, le cycle de production de spermatozoïdes dure environ 72 jours. S’il y a absence de production de spermatozoïdes sur 2 à 3 cycles consécutifs, le diagnostic est positif.

Des examens complémentaires

Pour mieux cerner le diagnostic et tenter d’identifier la cause de l’anomalie on peut procéder à :

  • Un examen clinique: Il se repose sur une palpation des testicules, palpation épididyme, mesure du volume du testicule, du canal déférent.
  • Une biochimie spinale ou étude biochimique du sperme: Celle-ci est essentielle dans l’analyse de diverses sécrétions contenues dans le sperme tel que le zinc, fructose, citrate, carnitine… En effet, en cas d’obstruction des voies, les sécrétions peuvent manifester des perturbations. L’analyse biochimique peut aider dans la localisation de l’obstacle.
  • Un bilan hormonal par prise de sang: Ceci a pour objet de doser la FSH (hormone folliculostimulante) dans le sperme. Un taux de FSH élevé signifie une atteinte testiculaire. En revanche un taux de FSH bas témoigne une atteinte haute au niveau de l’axe hypothalamo-hypophysaire.
  • Une sérologie par prise de sang: Celle-ci consiste à identifier une éventuelle infection, comme la chlamydiae. Cette dernière peut entraîner une atteinte des canaux déférents ou de l’épididyme.
  • Un caryotype sanguin et des analyses génétiques: Ceci a pour objectif de chercher une éventuelle anomalie génétique.
  • Une biopsie testiculaire: Elle se fait sous anesthésie et a pour objet d’extirper un fragment de tissu à l’intérieur du testicule.
  • Une radiographie ou une IRM de l’hypophyse: Le praticien les propose parfois si une pathologie haute suspectée.

 

Traitement et prévention de l’azoospermie

En cas d’azoospermie sécrétoire d’origine hormonale suite à une altération de l’axe hypothalamo-hypophysaire:

Le praticien peut proposer un traitement hormonal afin de rétablir les sécrétions hormonales indispensables à la spermatogenèse.

Dans le cas d’une azoospermie obstructive

Le praticien peut réaliser une recherche de spermatozoïdes par voie chirurgicale. Cela peut se faire soit au niveau des testicules lors d’une biopsie testiculaire, soit dans l’épididyme. Si l’on arrive à prélever des spermatozoïdes, on peut les utiliser de suite après la biopsie (prélèvement synchrone). Le praticien peut aussi proposer une congélation (prélèvement asynchrone) lors d’une fécondation in vitro avec ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïde). La technique d’AMP consiste à injecter directement un seul spermatozoïde dans chaque ovocyte mature. Le spermatozoïde étant sélectionné et la fécondation « forcée », l’ICSI permet habituellement d’obtenir une suite satisfaisante qu’une FIV classique. On propose une FIV avec don de sperme en dernier recours si le sujet ne possède aucun spermatozoïde.

Sources:
https://www.doctissimo.fr/grossesse/infertilite/sterilite-masculine/azoospermie-absence-spermatozoides
https://www.topsante.com/maman-et-enfant/conception/infertilite/azoospermie-une-cause-peu-connue-dinfertilite-masculine-43389

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter

En échange de votre inscription à notre Newsletter, nous vous offrons notre dossier : " Perdre du poids sans efforts physique ".

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vérifiez également

booster votre testostérone

Comment booster votre testostérone ?

La testostérone est une hormone uniquement produite dans les testicules. Elle a un impact majeur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *