Accueil / Santé / Quels sont les effets secondaires des Nootropiques sur la santé mentale ?

Quels sont les effets secondaires des Nootropiques sur la santé mentale ?

Ces dernières années, le recours à des nootropes est devenu chose courante. Ces médicaments sont consommés pour bon nombre de raison. Ils accroissent la conscience et permettent d’obtenir une acuité spéciale. Les Nootropiques améliorent aussi la mémoire à court et à long terme et renforcent la concentration. Toutefois, malgré les multiples avantages que ces substances apportent, ils peuvent produire des effets indésirables sur la santé mentale de la personne.

Qu’est-ce qu’un Nootropique ?

Appelés aussi « smart drugs », les Nootropiques sont des substances qui aident à améliorer les fonctions cognitives d’une personne. Auparavant, ces médicaments étaient conçus particulièrement  pour soigner certains troubles tels que l’hyperactivité et la narcolepsie. En revanche, à l’heure actuelle,  même les personnes en bonne santé consomment les Nootropiques. Face à un examen ou à un mandat professionnel exigeant, prendre des médicaments pour renforcer ses capacités cognitives est devenu chose courante. Désormais, la prise de ces smart drugs n’est plus dans le but de traitement médical, ils sont destinés à rendre un individu plus intelligent. Ils permettent de prévenir la fatigue et le stress. Les Nootropiques peuvent se présenter sous différentes formes. Caféine, nicotine, boisson énergisante ou encore sous forme d’acides aminés, leur présentation est très diverse. Cependant, malgré les multiples effets positifs que ces substances apportent, nombreux sont également les effets secondaires des Nootropiques.

Comment choisir le Nootropique adapté à ses besoins ?

Les Nootropiqes présents sur le marché sont très divers qu’il est souvent difficile de trouver celui qui est le plus adapté à ses besoins. Ce type de drogue intelligent va être choisi en fonction des effets recherchés. Parmi les différents types de Nootropiques, le Piracétam et ses dérivés tels que l’oxyracétam et le Pramiracétam sont souvent conseillés pour les débutants. Ils sont considérés comme de bons Nootropiques, car leurs effets sont variés et chacun peut profiter de ces différents effets. Par contre, pour les personnes souhaitant améliorer leur créativité dans le but de mener à bien un projet, l’Aniracétam sera recommandé. Pour la construction de mémoire à long terme le Bacopa Monieri est à essayer.

Toutefois, l’autocontrôle est nécessaire durant la prise de ces médicaments. Les effets secondaires des Nootropiques peuvent être dangereux, malgré les bienfaits qu’ils apportent. La meilleure solution pour disposer des smart drugs reste l’achat en ligne.

Les effets nocifs des Nootropiques

Comme toutes les drogues, la prise régulière de Nootropiques peuvent provoquer de mauvaises conséquences sur la santé mentale d’un individu. Les effets secondaires des Nootropiques sur le cerveau sont nombreux.

  • Une dépendance psychique

La consommation répétée des smart drugs peut mener droit à une dépendance psychique. Il s’agit de l’un des effets secondaires des Nootropiques le plus répandu. En ajout de cela, les consommateurs de ces substances affirment avoir souffert de crises d’angoisses et d’irritabilité. En ce qui concerne particulièrement le Modafinil, ses effets secondaires sont vraiment graves. Il peut causer chez l’individu des troubles mentaux comme une psychose ou encore des urticaires graves.

  • La dépendance du cerveau

Les effets secondaires des Nootropiques peuvent se manifester par une dépendance du cerveau. La consommation régulière de smart drugs risque d’habituer le cerveau à recevoir de boosters pour optimiser son efficacité. Dans ce cas, la performance n’est plus réalisée par le cerveau. Pour pouvoir fonctionner normalement, il en demandera toujours de booster. D’ailleurs, les individus qui ont déjà consommé ces pilules intelligentes, notamment les étudiants, seront facilement séduits par les effets de ces substances. Ils souhaiteront toujours en consommer davantage.

  • Des dommages au niveau du cerveau

D’après les recherches réalisées par certains scientifiques, la consommation abusive de smart drugs risque d’endommager le cerveau. La plasticité du cerveau peut être réduite. Certes, il s’agit d’une capacité essentielle à la planification et à l’adaptation des comportements lors d’un passage d’une tâche à un autre.

effets secondaires des Nootropiques

La législation autour des Nootropiques

Il a été constaté que la législation autour des Nootropiques reste encore ambiguë bien que les effets secondaires des Nootropiques soient nombreux. La réglementation ne permet pas de bien encadrer la vente et la consommation de ces substances. En effet, si la prescription des  Nootropiques ne doit appartenir seulement qu’à des médecins spécialistes, des médecins généralistes les prescrivent aussi. Ce qui rend leur législation plus complexe. Par ailleurs, les médicaments Nootropiques ne sont pas considérés comme de la drogue.  La prise de médicament pour tenir le coup au boulot est considérée comme normale. Le consommateur aura alors le libre choix sur ses agissements.

Quelques exemples de nootropiques et leurs effets secondaires

  1. Les effets secondaires de la Ritaline

Normalement, la plupart des médicaments stimulants sont destinés à des personnes malades. La Ritaline est particulièrement prescrite dans le cadre de traitement des enfants hyperactifs. Cependant, ce sont surtout les étudiants qui la consomment pour booster leurs capacités cognitives. Or, sans prescription médicale, les effets secondaires des Nootropiques peuvent être dangereux. La Ritaline peut provoquer :

  • Une anxiété
  • Une dépendance physique
  • Des maux de tête intense
  • Des nausées
  1. Les effets secondaires du cannabis

Les maladies mentales constituent les principaux effets secondaires des Nootropiques. Plus particulièrement pour le cannabis, sa consommation excessive risque de développer la psychose ou encore la schizophrénie. Les symptômes apparaissent rapidement chez les personnes qui:

  • Consomment le cannabis dès leur jeune âge
  • Consomment la substance régulièrement
  • Ont des antécédents familiaux de schizophrénie ou de psychose

Sources:
http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/les-secrets-healthy-de-la-silicon-valley-jeune-repas-liquide-nootropiques-280617-133030
https://www.cpha.ca/fr/pourquoi-les-etudiants-abusent-ils-des-nootropes-et-que-pouvons-nous-y-faire

Vérifiez également

crises de gouttes

Crises de gouttes – comment elles se manifestent?

Lorsque les crises de gouttes se manifestent, le patient peut ressentir des douleurs intenses sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *