Accueil / Santé / Comment vaincre la claustrophobie?

Comment vaincre la claustrophobie?

Qui n’a jamais eu peur de quelque chose dans sa vie ? Peur des araignées, peur des avions ou encore peur du vide sont parmi les phobies les plus fréquentes. Mais dans cet article, l’accent sera mis sur la claustrophobie. Il s’agit de la peur d’être enfermé dans un espace clos. Pouvant se traduire par une sensation d’étouffement, et même par l’évanouissement, cette phobie peut vite devenir handicapante pour la personne qui en souffre. Comment alors mieux vivre avec ? Et comment vaincre la claustrophobie ? Trouvez les réponses à ces questions dans ce qui suit.

Définition de la claustrophobie

Gênante et handicapante pour ceux qui en souffrent, la claustrophobie est loin d’être une simple peur. Elle peut même être invalidante pour certaines personnes. Pour arriver à vaincre la claustrophobie, il faut réussir à déterminer sa cause. Néanmoins, il faut d’abord connaître ce qu’est vraiment cette maladie.

La claustrophobie se caractérise par la peur des espaces restreints et de l’enfermement. Elle se caractérise par une sensation d’étouffement dans un endroit clos (ascenseur, cabine téléphonique, métro, petites pièces closes,…). Cette maladie fait partie intégrante des troubles anxieux. Lorsque le cas est déjà grave, cette sensation peut être accompagnée d’une angoisse très intense, voire d’une attaque de panique. La personne éprouve ici la sensation de perdre la tête et de devenir fou. A ce stade, la maladie invalide le patient dans son quotidien.

A quoi est due la claustrophobie ?

La peur des espaces clos peut tout aussi bien toucher les hommes que les femmes. Cette phobie se déclenche généralement au tout début de l’âge adulte. Elle peut toutefois s’installer progressivement avec le temps. Pour vaincre la claustrophobie, il faut déterminer sa principale cause. Or, les origines de cette peur des espaces confinés sont difficiles à cerner. Effectivement, elles dépendent de chacun des malades et de leurs histoires personnelles. Un traumatisme subit durant l’enfance peut, par exemple, causer la claustrophobie.

Certains spécialistes ont, par ailleurs, émis la thèse selon laquelle la claustrophobie trouverait son origine à la naissance, au moment de l’accouchement. Concrètement, ils avancent que le passage par le conduit étroit laisserait une empreinte qui traumatise l’enfant. L’autre thèse avancée concerne aussi un stress excessif subit par la mère durant la grossesse.

Quelle que soit la thèse avancée, les spécialistes s’accordent sur le fait que pour qu’il y ait une crise de claustrophobie, il doit y avoir un facteur déclenchant. Il peut s’agir d’un traumatisme, d’une période de la vie qui fragilise le patient (deuil, éloignement,…) ou encore d’un enfermement qui a bouleversé le malade. Aussi, si la phobie s’est déclenchée lorsque le patient a pris l’ascenseur, il y a de fortes chances que la claustrophobie est déjà sous-jacente, mais qu’elle s’est seulement réveillée.

Comment savoir si je suis claustrophobe ?

Ne pas aimer l’environnement renfermé dans un ascenseur ne signifie pas que vous êtes claustrophobe. D’ailleurs, personne n’aime vraiment les ascenseurs. Néanmoins, une peur maladive accompagnée de l’accélération du rythme cardiaque et des angoisses intenses voire un évanouissement peut vous mettre la puce à l’oreille.

Quelles sont les conséquences de ce trouble ?

Tout comme les autres types de phobies, la claustrophobie a des conséquences physiques, psychiques et comportementales sur la personne qui en souffre. Vaincre la claustrophobie consiste alors, en partie, à soigner et à prévenir ces conséquences.

Sur le plan physique, le claustrophobe, durant une crise, peut être sujet à des palpitations, des bouffées de chaleur et une difficulté à respirer. Une sensation de manque d’air persiste. Sur le volet psychique, le claustrophobe est sujet à une angoisse intense au point qu’il a souvent peur de devenir fou. Enfin, au niveau comportemental, le malade va tout faire pour éviter la situation qui déclenche son angoisse. Ainsi, au lieu de prendre l’ascenseur, il peut prendre l’escalier par exemple.

vaincre la claustrophobie

L’évitement pour surmonter la claustrophobie, bonne ou mauvaise idée ?

Afin de vaincre la claustrophobie, certains malades optent pour ce que l’on appelle « la stratégie d’évitement ». En général, les personnes claustrophobes sont conscientes du fait que leur peur est irrationnelle. Et, pour ne plus souffrir des conséquences de cette crainte maladive, elles décident d’éviter tout simplement les situations qui la déclenchent. Certaines personnes claustrophobes dépensent d’ailleurs beaucoup d’énergie à éviter toutes les situations pouvant être sources d’angoisse. Certains choisissent même de prendre le bateau pour ne pas traverser le tunnel sous la Manche. Or, d’après les spécialistes, plus les personnes malades cherchent à éviter une situation, plus elles alimentent leur peur. La stratégie d’évitement n’est donc pas une bonne solution pour surmonter sa claustrophobie.

Les thérapies comportementales et cognitives  pour surmonter sa claustrophobie

Même si éviter les situations provoquant l’angoisse peut s’avérer utile un moment, cette stratégie ne permet pas de soigner la cause profonde de la claustrophobie. La meilleure solution pour vaincre la claustrophobie est de consulter un professionnel. Celui-ci vous aidera à suivre une thérapie cognitive comportementale (TCC). L’objectif de ce traitement est d’aider le patient à se remettre progressivement de ses peurs et à déshabituer son cerveau des craintes irrationnelles.

A l’instar de la désensibilisation pour l’allergie, les personnes claustrophobes doivent aussi être désensibilisées. Pour ce faire, elles doivent être confrontées à l’inexistence de danger de manière répétitive. Cela leur permettra de comprendre que les situations qui leur font peur sont tout à fait surmontables. Quoi qu’il en soit, le travail du professionnel en médecine consistera ici à déterminer d’abord le facteur déclencheur.

Sources:
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/comment-lutter-contre-la-claustrophobie-7794959858
https://www.femmeactuelle.fr/sante/psycho/claustrophobie-conseils-psy-2025240

Vérifiez également

bouton de fièvre

Apparition d’un bouton de fièvre, est-ce grave?

En vous regardant dans le miroir après le réveil, vous vous êtes rendu compte qu’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *