fbpx
trouble bipolaire traitement
comment traiter les troubles bipolaires

Le trouble bipolaire : comment traiter ce trouble mental grave ?

Selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), le trouble bipolaire reste l’une des principales causes d’invalidité touchant environ 60 millions de personnes dans le monde. Bien qu’il puisse toucher n’importe qui, sans distinction d’âge, de sexe, de race ou de classe sociale, les statistiques révèlent qu’il est plus fréquent chez les femmes que les hommes. Pour que vous puissiez mieux comprendre cette maladie, continuez la lecture.

Qu’est-ce qu’un trouble bipolaire ?

Il s’agit d’une maladie mentale grave qui se caractérise par des périodes de changements imprévisibles et extrêmes d’humeur, d’énergie et d’activité. Ces périodes s’appellent « les épisodes d’humeur ». Il existe deux types d’épisodes d’humeur : épisodes maniaques et épisodes dépressifs. Malheureusement, le trouble bipolaire est une maladie qui dure toute la vie. Les chercheurs n’ont pas encore trouvé des traitements permanents, même s’il s’agit de l’un des troubles mentaux les plus étudiés au cours des dernières années.

Qu’est-ce qui provoque cette maladie ?

Malgré des efforts constants permettant de mieux comprendre ce trouble, les chercheurs ne savent toujours pas ce qui cause ce problème de santé mentale. Toutefois, on pense que la génétique, la composition neurochimique et les facteurs environnementaux jouent un rôle majeur dans son apparition et son évolution. 

Le rôle de la génétique

Le trouble bipolaire est considéré comme l’un des états pathologiques les plus héréditaires. Plusieurs preuves scientifiques ont montré que cette maladie avait tendance à se développer dans les familles. En fait, plus des deux tiers des personnes atteintes ont un parent proche qui a également reçu un diagnostic de trouble d’humeur ou de dépression majeure unipolaire.

Une autre étude révèle également qu’à peu près 51% des enfants dont le père est bipolaire pourraient développer d’autres types de troubles psychiatriques notamment la dépression, le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention et la dysthymie. Pourtant, il est important de préciser que ce trouble est une affection multifactorielle. Cela signifie qu’il est dû à une combinaison de facteurs de risque. Avoir la prédisposition génétique qui en découle ne signifie pas forcément que vous développerez ce trouble mental.

Certaines compositions neurochimiques

Les chercheurs ont identifié trois produits chimiques pouvant jouer un rôle dans le développement du trouble : la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline. Ces substances chimiques sont aussi appelées neurotransmetteurs, car elles sont responsables de l’envoi de signaux entre les neurones, ce qui affecte de façon significative la fonction cérébrale.

Les facteurs sociaux et environnementaux

Parmi les facteurs sociaux et environnementaux pouvant déclencher les symptômes du trouble d’humeur, citons :

  • La violence physique, sexuelle ou émotionnelle
  • L’abus de substance toxique
  • Le stress dû aux problèmes quotidiens
  • Le déséquilibre hormonal
  • La perte d’un être aimé
  • La relation amoureuse ratée
  • La maladie physique
  • Les troubles du sommeil

Identifier les symptômes

L’épisode maniaque

euphorie

Les épisodes maniaques se traduisent par des niveaux d’énergie, des activités, des processus de pensée et des émotions élevées. Voici les symptômes que vous pouvez rencontrer :

  • L’euphorie
  • L’irritabilité extrême
  • L’optimisme à toute épreuve
  • Le défaut de concentration
  • Le jugement altéré
  • Le bavardage atypique
  • La diminution du besoin de sommeil
  • L’hallucination
  • Les délires

Sans traitement approprié, ces symptômes peuvent devenir difficiles à gérer, ce qui finit par affecter votre capacité à effectuer des tâches régulières ou à prendre de simples décisions.

L’épisode dépressif

L’épisode dépressif se caractérise par des sentiments d’extrême tristesse. Pendant cette période, vous pouvez rencontrer au moins 5 des signes suivants :

  • Les faibles niveaux d’énergie
  • La perte d’intérêt pour les activités que vous avez déjà appréciées
  • La perte d’appétit
  • La fatigue ou la faiblesse
  • L’irritabilité
  • La mauvaise concentration
  • Les sentiments excessifs de culpabilité inappropriée
  • Les problèmes de sommeil

Comment contrôler vos sautes d’humeur ?

Les médicaments conventionnels aux risques potentiels pour la santé ne constituent pas le seul moyen de gérer le trouble bipolaire. Vous pouvez vous tourner vers des remèdes naturels si vous recherchez un moyen sûr et efficace de gérer vos troubles d’humeur. Vous pouvez essayer :

  • L’huile de krill : cette huile est riche en acide gras oméga-3. Ces graisses saines s’avèrent utiles pour atténuer les symptômes du trouble bipolaire en améliorant votre humeur et en optimisant les fonctions neurologiques et cognitives.
  • Le rhodiola rosea : il s’agit d’une plante traditionnelle pouvant réduire les niveaux de stress, augmenter les capacités cognitives et lutter contre la dépression légère.
  • La choline : des études ont révélé que la choline, une vitamine soluble dans l’eau pouvait soulager les symptômes d’un épisode maniaque chez les patients atteints de trouble bipolaire à cycle rapide.
  • Le folate : plusieurs études ont associé une carence en folate, également appelée vitamine B9 au trouble bipolaire. Cette vitamine se trouve dans plusieurs aliments comme le brocoli, l’avocat, les épinards et les asperges.
  • La vitamine D : selon les statistiques, un grand nombre de patients bipolaires manquent de vitamine D, ce qui incite les chercheurs à croire que de faibles niveaux de cette vitamine peuvent influer sur le développement du trouble bipolaire.

Comment retarder l’apparition des troubles d’humeur ?

En dépit du fait qu’il n’existe aucun moyen précis de prévenir le trouble bipolaire, vous pouvez néanmoins prendre un certain nombre de mesures pour retarder son apparition.

Apprendre à connaître les déclencheurs

déclencheurs trouble bipolaires

L’apparition du trouble bipolaire est liée à des déclencheurs environnementaux, circonstanciels et à la mode de vie. Identifier et éviter ces facteurs au préalable vous aide à réduire leur impact sur votre santé mentale. Parmi ces facteurs, citons :

  • Les changements inattendus dans les habitudes de sommeil ou la privation de sommeil
  • Les événements majeurs de la vie qu’ils soient bons ou mauvais (perte d’un être cher, le mariage, la naissance d’un enfant ou le changement d’emploi)
  • L’abus de drogue et d’alcool
  • Les effets secondaires des médicaments

Une intervention psychosociale

Une étude effectuée en 2008 porte sur l’efficacité des interventions psychosociales pour prévenir le trouble bipolaire. Cette méthode vise à élargir les connaissances de la famille sur cette maladie, en leur permettant de mieux communiquer, de réduire les conflits et d’améliorer l’environnement domestique. Les résultats de cette étude suggèrent que ce type d’intervention préventive a permis de réduire le risque d’apparition précoce bipolaire en favorisant la pensée adaptative et les capacités de maîtrise de soi sur le plan émotionnel chez les sujets.

Sources et références

  Neuroscience. Le 24 novembre 2009; 164 (1): 331–343

  Institut national de la santé mentale, trouble bipolaire

  Service national de santé, Causes du trouble bipolaire

  WebMD, sérotonine: 9 questions et réponses

  Netdoctor, Noradrénaline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.