Accueil / Santé / L’embolie pulmonaire : une affection respiratoire potentiellement fatale

L’embolie pulmonaire : une affection respiratoire potentiellement fatale

L’embolie pulmonaire est une maladie potentiellement mortelle que tout le monde devrait connaître, même les personnes en bonne santé. Même Serena Williams, une joueuse de tennis de renommée mondiale dont la forme physique est optimale, a été traitée pour la maladie en 2011.  Dans les pages suivantes, vous apprendrez à détecter les symptômes et divers facteurs de risque de cette affection.

Qu’entend-on par embolie pulmonaire ?

L’embolie pulmonaire est le blocage d’une artère de votre poumon causé par un embole. Un embole est tout ce qui traverse vos vaisseaux sanguins jusqu’à atteindre un point qui bloque la circulation du sang. Le poumon étant un organe essentiel à vos activités quotidiennes. Tout ce qui le gêne peut entraîner des situations potentiellement fatales.

Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), jusqu’à 900 000 personnes pourraient être atteintes d’embolie pulmonaire chaque année. Et 10 à 30% des personnes qui développent des symptômes mourront dans le mois suivant le diagnostic.  À la lumière de ces informations, il est important de connaître cette maladie pour vous aider à réduire vos risques et augmenter vos chances de survie.

Les symptômes révélateurs d’une embolie pulmonaire

Les symptômes de l’embolie pulmonaire se produisent souvent dans la région de la poitrine et sont difficiles à manquer. Les choses à surveiller comprennent :

  • La douleur thoracique : douleur aiguë et lancinante qui s’aggrave lorsque vous inspirez.
  • Les problèmes respiratoires :vous pouvez développer de courtes respirations une fois qu’une embolie est survenue.
  • La toux :vos toux peuvent avoir des expectorations remplies de sang.

Outre les symptômes susmentionnés, l’embolie pulmonaire peut entraîner d’autres complications si elle n’est pas traitée.

  • Effondrement :il est possible que vous tombiez en raison du manque de circulation sanguine causé par le caillot.
  • Insuffisance cardiaque :l’embolie peut fatiguer votre cœur, ce qui l’oblige à pomper du sang plus faible que sa capacité normale.
  • Infarctus pulmonaire :une partie de vos poumons peut entraîner la mort des tissus.
  • Épanchement pleural :une accumulation de liquide peut se produire entre la couche externe des poumons et la couche interne de la cavité thoracique.

Qui est à risque ?

Tout le monde court le même risque d’embolie pulmonaire et vos chances augmentent avec l’âge. Une fois que vous avez atteint l’âge de 60 ans, votre risque double tous les 10 ans. Il existe également d’autres facteurs qui vous rendent plus susceptible de le développer, tels que :

Cancer

L’apparition d’un cancer peut augmenter la production de certaines substances dans votre corps. Ce qui vous rend plus vulnérable aux caillots sanguins.

Les cancers du pancréas, de l’ovaire et du poumon sont généralement associés à une embolie pulmonaire.

Chirurgie

Les caillots sanguins sont l’une des principales complications à surveiller après une intervention chirurgicale.

Cela se produit généralement parce que les patients sont généralement alités pendant longtemps. Lorsque vous arrêtez de bouger, le sang coule plus lentement dans vos veines profondes, ce qui peut entraîner la formation d’un caillot.

Tabagisme

La cigarette est étroitement associée aux caillots de sang. L’excès de tabagisme augmente les risques de plaquettes sanguines collées ensemble. Cela endommage, de plus, la paroi de vos vaisseaux sanguins, provoquant la formation de caillots.

Grossesse

Les femmes enceintes risquent de développer des caillots sanguins en raison du poids du bébé qui appuie sur le bassin. Ce qui peut ralentir le retour du sang des jambes.

Inactivité

De longues périodes de repos au lit en raison d’une blessure, d’une intervention chirurgicale ou d’autres maladies graves entraînent un ralentissement du flux de sang dans les jambes. Les longs voyages ou les vols contribuent également à ce risque.

Obésité

Les personnes obèses présentent un risque de formation de caillots sanguins en raison de mutations génétiques liées aux facteurs de coagulation sanguine causés par un excès de poids.

Les différents types d’embolies pulmonaires qui peuvent vous affecter

Plusieurs formes d’embolie pulmonaire peuvent se développer. Elles sont classées en fonction du type de matériel coincé dans votre artère.  La plupart des embolies pulmonaires sont dues à une matière solide bloquant la circulation sanguine. Cependant, il est possible que des éléments gazeux soient également à l’origine du blocage.

Les caillots sanguins

Les caillots sanguins sont la principale cause d’embolie pulmonaire.

L’une des principales raisons de la coagulation est la thrombose veineuse profonde qui commence dans les jambes. Il est possible que vos veines aient été endommagées à la suite d’une blessure récente ou que vous ayez été inactif pendant une longue période. En conséquence, un caillot peut se former et se retrouver dans votre artère pulmonaire.

La moelle osseuse de vos os peut bloquer vos artères

Dans certains cas, la graisse de la moelle osseuse peut se retrouver dans les veines et bloquer l’artère pulmonaire. Lorsque cela se produit, on parle alors de syndrome d’embolie graisseuse (SEG).

La moelle osseuse est le tissu mou qui se trouve à l’intérieur de vos os et est responsable de la production de cellules sanguines. Une partie de la moelle contient de la graisse, et certains os en ont plus que d’autres parce qu’ils sont plus gros. Les os de la cuisse, par exemple, sont principalement constitués de tissu adipeux de la moelle osseuse. Lorsque l’une de vos cuisses se brise, un petit morceau peut pénétrer dans vos veines et causer une obstruction.

Des cellules cancéreuses tumorales peuvent provoquer une embolie

Le cancer est un facteur de risque majeur d’embolie pulmonaire. En effet, il provoque souvent une augmentation du nombre de plaquettes et de facteurs de coagulation dans le sang. Les experts ne sont pas certains du lien entre le cancer et l’embolie pulmonaire. Mais ils estiment que les cellules cancéreuses libèrent des produits chimiques qui produisent davantage de plaquettes. Ce qui augmente le risque de coagulation.

En plus d’augmenter votre risque de formation de caillots, une petite tumeur cancéreuse peut se déloger et se retrouver dans vos vaisseaux sanguins. Si les cellules ont une taille supérieure ou égale à 10 microns, elles peuvent éventuellement obstruer l’artère pulmonaire.  On estime qu’un quart des patients décédés d’un cancer ont une embolie tumorale dans leurs artères.

Sources

Healthline, «embolie pulmonaire»

centre de contrôle et de prévention des maladies, «Thromboembolie veineuse (caillots sanguins)»

 

Vérifiez également

allergies chez le nourrisson

Manifestations des allergies chez le nourrisson

Les allergies chez le nourrisson font référence à une hypersensibilité de l’organisme. Le système immunitaire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *