Accueil / Santé / Que faire en cas de dépression post-partum?

Que faire en cas de dépression post-partum?

La maternité marque à jamais la vie d’une femme. Durant cette période, la future maman est impatiente de rencontrer son petit bout. Angoisse, impatience et joie se mélange donc durant la grossesse. Mais après la naissance, de nombreuses femmes passent par l’alternance des crises de larmes, d’angoisse et de tristesse. Certaines sont juste atteintes de baby blues tandis que d’autres souffrent de dépression post-partum. Vous soupçonnez une de vos proches d’être atteinte de cette dernière ? Trouvez dans cet article toutes les informations que vous devez connaître à ce propos.

Dépression post-partum : définition

Des jeunes mamans qui sombrent dans la dépression après avoir accouché est tout à fait fréquent. Toutefois, lorsque les signes comme l’anxiété, l’irritabilité ou encore les crises de larmes durent plus de quelques jours, il y a de fortes chances que ce soit une dépression post-partum. Celle-ci peut se manifester dans les 2 à 8 semaines après la naissance de bébé.

Quelle différence avec le baby blues ?

La différence entre le baby blues et la dépression post-partum réside surtout dans leurs durées. Le premier peut, effectivement, toucher 50% des jeunes mamans et ne dure que quelques heures à quelques jours après l’accouchement. Il ne s’agit pas d’une maladie. Tandis que la dépression post-partum concernerait 10% des jeunes mères. Elle peut durer des semaines, voire des mois, et est considérée comme une maladie sévère. Dans le second cas, la mère peut ressentir beaucoup de fatigue, une incapacité à avancer ou encore une culpabilité intense. Vous l’aurez compris, la dépression post-partum nécessite une prise en charge sérieuse.

Comment se manifeste-t-elle ?

Comme tout état dépressif, les symptômes de la dépression post-partum sont très variés. Mais en général, les signes suivants doivent alerter les proches de la jeune mère :

  • Une tristesse profonde ;
  • Un manque général d’intérêt face à tout ce qui se passe autour d’elle ;
  • Des douleurs physiques ;
  • De la fatigue extrême, que ce soit au niveau physique que psychique ;
  • Un refus et un manque d’intérêt par rapport à bébé de peur de lui faire du mal. Mais dans certains cas, la mère peut trop se préoccuper au sujet de son bébé ;
  • De graves troubles du sommeil ;
  • Une variation de l’appétit ;
  • une difficulté à se concentrer ;
  • l’isolement ;
  • De graves sautes d’humeur et parfois même des idées suicidaires.

Tous ces symptômes peuvent ne pas apparaître en même temps, mais si votre proche présente plusieurs d’entre eux, n’hésitez pas à l’emmener consulter.

Quelles sont ses causes ?

De nombreux facteurs peuvent être à l’origine d’une dépression post-partum. Ci-après quelques exemples :

  • Des modifications au niveau hormonal qui entraîne le trouble de l’humeur ;
  • L’épuisement physique et psychique ;
  • Le manque de soutien, la solitude ou encore les conflits conjugaux ;
  • Des antécédents de troubles psychiques ;
  • Une grossesse qui s’est déroulée dans la dépression ;
  • Un accouchement difficile ;
  • Un bébé malade ou né prématurément.

Qui est concerné par la dépression post-partum?

Comme il s’agit d’une pathologie liée à l’accouchement, toutes les femmes venant de donner naissance à leurs petits bouts peuvent être touchées par la dépression post-partum. Néanmoins, certaines femmes ayant des antécédents de troubles mentaux sont plus susceptibles d’être touchées par cette pathologie. Celles qui ont des antécédents familiaux de dépressions après accouchement et celles qui vivent dans des conditions difficiles (problèmes conjugaux, mère célibataire et chômeuses, précarité,…) sont également plus vulnérables.

dépression post-partum

Quels sont les traitements disponibles ?

Pour traiter la dépression post-partum, il existe divers traitements et prise en charge pour lesquels les proches de la patiente peuvent opter.

L’aide de professionnels

Avant toutes choses, la jeune mère a besoin de quelqu’un qui puisse comprendre sa situation. C’est là que les professionnels de la santé tel un médecin ou un professionnel dans le domaine de la protection maternelle et infantile lui sera très utiles. En évaluant l’état de la femme, ces derniers pourront proposer le meilleur traitement possible.

Les antidépresseurs

Puisqu’il s’agit de traiter une dépression, la prise d’antidépresseurs peut également être envisagée pour soigner la jeune maman. Néanmoins, si la mère opte pour ce traitement, il faut que son médecin opte pour le bon médicament car il existe certains antidépresseurs qui peuvent passer par le lait maternel et nuire à la santé du nourrisson. Ces antidépresseurs peuvent également être couplés avec un traitement contre l’anxiété.

Les groupes d’entraide

Parler de sa situation, de ses ressentis avec des personnes souffrant de la même maladie peut s’avérer très efficace dans le cas de la dépression post-partum. C’est pourquoi, l’intégration de groupes d’entraide sera bénéfique pour la patiente. D’ailleurs, des associations de jeunes mamans souffrant de cette pathologie existent déjà.

La psychothérapie

Dans le cas d’une dépression sévère, les services d’un psychothérapeute constituent la meilleure solution. Dans la majorité des cas, ce type de psychothérapie est couplé avec un traitement à base d’antidépresseurs. Se présentant comme la meilleure solution, la psychothérapie brève concerne à la fois la femme et son bébé. Le traitement se fera durant 8 à 10 séances.

L’hospitalisation

Cette solution consiste à hospitaliser pour la journée ou pendant une durée bien déterminée la mère et l’enfant. Les infirmières et les personnels de l’hôpital effectuent des séances de travail psychologique avec la patiente tout en prenant soin du bébé. Le travail se focalisera surtout sur la réassurance de la mère afin qu’elle puisse avoir confiance en elle et prendre correctement soin de son bébé.

Sources:
https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/bebe-symptomes-depression-post-partum-1890/
http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/le-vrai-faux-de-la-depression-post-partum-grossesse-enfant-parentalite-030118-146105

Vérifiez également

somnambulisme

Le somnambulisme, parlons-en

Le somnambulisme est un mot d’origine latine. Sa signification littérale est se promener en dormant. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *