fbpx
Tout ce qu'il faut savoir sur la rhinite allergique

Tout comprendre sur la rhinite allergique

Nez qui coule, irritation des yeux, éternuements, la rhinite allergique est souvent confondue avec le rhume. Chez certaines personnes, elle peut être passagère tandis que d’autres développent une rhinite allergique persistante. Les éléments qui causent cette maladie peuvent être différents. Elle peut être très gênante et lorsque les symptômes persistent pendant plusieurs mois, ils peuvent entrainer d’autres maladies respiratoires. Le traitement de la maladie nécessite de prendre des antihistaminiques. Il existe également des méthodes naturelles qui permettent de réduire les symptômes.

Qu’est-ce- que la rhinite allergique ?

La rhinite allergique est une réaction allergique de l’appareil respiratoire, notamment au niveau de la muqueuse nasale. Elle est déclenchée par un élément allergène dont les muqueuses du nez en sont sensibles. Généralement, les personnes qui sont sujettes à cette maladie présentent une anormalité de leur système immunitaire. Lorsque l’allergie se manifeste, des substances inflammatoires sont produites par les cellules de l’organisme. Les vaisseaux sanguins sont ensuite dilatés et provoquent des réactions extérieures.

Des éternuements répétés, des yeux larmoyants, nez irrité et bouché, écoulement nasal, démangeaison au niveau de la gorge, toux sont les principaux signes de la rhinite allergique. Selon des études, en 2004, plus de 500 millions de la population mondiale présentent des cas de rhinite allergique.

La rhinite allergique chronique

C’est une forme de rhinite allergique dite persistante. En effet, elle est considérée comme chronique lorsque l’individu présente les symptômes pendant toute l’année. De nombreux facteurs peuvent être à l’origine de cette forme de rhinite, comme la qualité de l’air de son environnement, des allergènes d’une quantité considérable. Il existe aussi d’autres facteurs comme les poils d’animaux, les plumes d’oiseaux, les acariens, les moisissures et les fortes odeurs de produits chimiques. Certaines personnes développent de l’allergie lors d’un changement subit du taux d’humidité dans l’air. La pollution peut également être à l’origine d’une rhinite allergique.

La rhinite allergique de saison

La rhinite allergique saisonnière, aussi connue sous le nom de « rhume de foins », est une allergie due à une hypersensibilité aux pollens. Les symptômes se manifestent généralement au printemps et en été, lorsque les fleurs et les arbres sont en phase de pollinisation. Au mois de juillet, les graminées (foin, gazon, et herbes de prairie) sont les facteurs de déclenchement de l’allergie.

Toute personne peut développer cette affection à tout âge. Toutefois, chez les enfants, elle ne se manifeste qu’à partir de l’âge de 3 ou 4ans, surtout pour les rhinites allergiques causées par les pollens. Les enfants entre 6 à 15 ans sont les plus touchés.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Dans un cas de rhinite allergique saisonnière, il est toujours important de consulter l’avis d’un médecin lorsque les symptômes entrainent des gênes respiratoires. De nombreux moyens permettent de soulager cette forme d’allergie, notamment des antihistaminiques en vente libre et des produits naturels. Ces produits permettent de réduire l’intensité des symptômes. Toutefois, il est plus vigilant de se faire examiner par un médecin pour prévoir des cas de complication. Il est d’ailleurs à noter que des cas d’allergies croisés peuvent avoir lieu.

Pour un cas de rhinite allergique persistante, il est important de se faire suivre médicalement. En effet, lorsque les symptômes persistent et qu’ils ne sont pas traités, ils peuvent développer une sinusite chronique. Chez les enfants, une rhinite allergique persistante peut entraîner l’apparition d’otite moyenne. Dans certains cas, une personne à « terrain atopique », c’est-à-dire sensible à l’allergie, peut avoir une rhinite allergique en même temps qu’un asthme. Dans ce cas précis, il est impératif de se faire suivre par un spécialiste ou par un allergologue.

Quels traitements pour la rhinite allergique ?

De nombreux médicaments en vente libre peuvent être utilisés pour soulager cette maladie qui n’est que saisonnière. Généralement, ce sont des antihistaminiques. Il existe également des solutions nasales sous forme de spray et qui sont à base de cromoglycate de sodium. Cette solution permet de réduire la réaction inflammatoire et protège la muqueuse nasale des allergènes.

La désensibilisation est également un traitement que les médecins ont adopté pour aider les personnes dont les symptômes de la maladie sont gênants. Pour réussir ce traitement, un test cutané doit d’abord être effectué.  C’est un traitement par immunisation du patient afin d’augmenter sa résistance aux allergènes. Seule une consultation auprès d’un allergologue est permise pour ce type de traitement.

Traitements naturels de la rhinite allergique

De nombreux patients choisissent le traitement naturel pour soulager les symptômes de rhinite allergique. Parmi ses méthodes, l’homéopathie peut être utilisée en vue de traiter cette forme d’allergie. Cependant, lors des symptômes aigus, cette pratique est tout simplement conseillée pour un complément de traitement médical.

L’acupuncture peut aussi être considérée pour modérer les symptômes. Il s’agit de faire une séance de 15 à 20 minutes en vue d’améliorer la résistance aux allergènes et de réduire la dépendance aux antihistaminiques.

Les huiles essentielles peuvent aussi contribuer aux soulagements des symptômes de rhinite allergique. Il s’agit d’inhaler des gouttes d’huiles essentielles. Les extraits d’huile les plus connus pour traiter cette allergie et le lavandin, la camomille allemande, estragon, citron et verveine.

Des précautions à prendre en compte

Afin de diminuer les risques de développer les symptômes de cette pathologie, il est important de prendre quelques précautions :

  • Ne pas trop s’exposer dans des endroits avec de grandes quantités de pollen, comme les parcs, les forêts, les champs, etc.
  • Nettoyer fréquemment les endroits poussiéreux, laver les linges de lit à l’eau chaude et à une fréquence régulière
  • Utiliser des oreillers, couvertures et housses
  • Ne pas laisser les animaux à la maison. À noter que les poils de chat sont les plus allergènes.

Si vous avez une rhinite allergique, vous pouvez partager votre cas, ainsi que les solutions que vous avez adoptées en nous laissant un commentaire en bas de cet article.

Sources

https://www.mmt-fr.org/maladies-virales/rhinite-allergique/

http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2003/sem01/mag0509/sa_6730_rhinite_graminees.htm

https://www.mycosmetik.fr/blog/huiles-essentielles-contre-le-rhume-des-foins-et-allergies-n2#astuces

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.