Accueil / Santé / Faim émotionnelle : c’est quoi ?

Faim émotionnelle : c’est quoi ?

Savez-vous que nos émotions peuvent impacter sur notre alimentation ? Eh oui, le stress, la fatigue, la dépression et toutes les autres formes de problèmes moraux et émotionnels peuvent avoir des répercussions sur la façon dont nous mangeons. Quand vous avez envie de manger tel ou tel aliment sans avoir faim, retenez qu’il s’agit de la faim émotionnelle. En avez-vous déjà entendu parler ? Ci-après tout ce que vous devez savoir : comment la reconnaître et comment s’en sortir.

La différence entre faim physiologique et faim émotionnelle

Parfois, il est difficile de distinguer si l’on a envie de manger par faim ou par simple pulsion. Pour vous aider, vous pouvez vous poser quelques questions essentielles. Demandez-vous si vous craquez souvent pour des sucreries impulsivement. Analysez si vous avez des troubles alimentaires : manger sans avoir faim. Prenez régulièrement votre poids et voyez si vous avez gagné de poids rapidement. Si la réponse à toutes ces questions est « OUI », vous êtes sans doute victime de la faim émotionnelle.

Nous le savons tous, quand nous avons réellement faim notre ventre tire ou gargouille. Normalement, pour une faim physiologique, notre corps ne se lasse pas de nous envoyer ces signaux. Il est suffisamment huilé et régulé pour émettre ces signaux. La faim physiologique est donc celle du ressenti. Elle doit répondre à tous nos besoins nutritionnels. En dehors de cette faim, il s’agit d’une faim émotionnelle.  

qw

Faim émotionnelle, de quoi s’agit-il ? Et qui en sont victimes ?

Les signaux de la tête remplacent ceux du ventre puisque les messages envoyés sont falsifiés par notre cerveau. Ainsi, notre régulateur interne se voit brouillé. C’est ce qui nous pousse à manger sans avoir faim. Nous n’écoutons plus notre corps. Nous exécutons les commandes de notre cerveau.

Certes, nous pouvons tous donc être victimes de ce « mal être » mais nous ne réagissons pas tous de la même façon. Tout le monde vit des moments difficiles mais notre exposition à la faim émotionnelle n’est pas la même. Les personnes aux troubles du comportement alimentaire, aux problèmes émotionnels et les femmes en sont les plus touchées. Elles recherchent consolation et compensation de plaisir dans les aliments. Alors que si nous mangeons plus qu’il n’en faut, nous mettons en danger notre santé. C’est là le problème de la faim émotionnelle.

Une autre forme de la faim émotionnelle

Il se peut aussi que, suite à la tristesse ou à la colère et même à des émotions positives, nous n’avons plus d’appétit. Soit nous nous sentons impuissant de manger soit nous nous sentons comblés par nos sentiments. Le pire, c’est que nous pouvons nous culpabiliser et avoir honte de nos émotions. Et l’on est de nouveau poussé à manger. Un réel cercle vicieux d’où il est strictement important de dire « STOP » à la faim émotionnelle.

Quand s’inquiéter et comment s’en prévenir ?

Etant donné que tout le monde peut souffrir d’une faim émotionnelle, l’important c’est de savoir quand s’inquiéter. Si vous avez détecté que vous en souffrez, analysez sa fréquence.

Si vous ressentez une envie de craquer une barre de chocolat pour vous soulager, faites-le sans vous culpabiliser. Profitez de ce moment et votre faim partira d’elle-même. Par contre, si vous constatez que cette envie survient souvent, là il faut prendre des mesures adéquates. Le pire, c’est que vous ayez plus de faim émotionnelle que de faim physiologique. L’alimentation est ici vue comme refuge à vos émotions.

Les signes alarmants

Il existe également des signes qui doivent vous alerter :

  • Vous ne pouvez plus contrôler votre faim émotionnelle ;
  • Vous essayez de cacher ce que vous mangez par sentiment de culpabilité ;
  • L’alimentation devient pour vous une obsession totale ;
  • Et vous n’arrivez pas à manger alors que vous avez faim.

Dans tous ces cas, vous devez vraiment vous soigner de votre faim émotionnelle.

Des solutions à proposer ?

Même si le problème de la faim émotionnelle est un cas qui arrive à tous et fréquemment, nous pouvons certainement la gérer. Il existe plusieurs solutions. Mais la première clé pour s’en sortir, c’est la seule volonté de la personne de s’en passer.

Distinguer faim émotionnelle et faim physiologique

Le premier geste qui sauve en cas de faim émotionnelle est d’analyser ses faims. Vous avez à écouter votre corps. Vous seul pouvez connaître ce dont votre corps a envie, a besoin. Si vous arrivez à dissocier votre faim émotionnelle de votre vraie faim, vous pouvez vous en guérir.

Comment faire ? Notez tout ce que vous mangez ou tout ce que vous avez envie de manger sur un cahier. Une fois pris note, distinguez les aliments qui répondent à votre faim du ventre de ceux qui correspondent seulement à votre envie (faim de la tête). Certes, on mange tous ce que nous voulons. Mais on peut aussi manger sans avoir faim de tel ou tel aliment.

Chercher la cause de sa faim émotionnelle

Deuxièmement, vous devez chercher ce qui a causé cette envie ? S’agit-il d’un problème d’humeur (tristesse, colère, dépression, etc.) ? Et trouvez-en des solutions correspondantes pour les soigner, autrement que par la nourriture. Notez ces solutions dans ce même cahier et appliquez-les dans la mesure du possible.

Que manger dans le cas où la nourriture est sa seule option ? Ayez une alimentation équilibrée. Vous pouvez remplacer le nourriture choisi par un autre plus enrichissant. Mangez des aliments coupe faim de temps en temps. Manger mieux et boire de l’eau régulièrement, c’est santé garantie. Si vous adoptez un bon comportement alimentaire, vous avez moins de risque de vous exposer à la faim émotionnelle. Changez vos habitudes alimentaires, et surtout aimez ce que vous mangez.

alimentation équilibrée

Trouver d’autres solutions que de la nourriture

Evitez d’être tenté par la nourriture en se focalisant sur autre chose. Vous pouvez lire votre bouquin préféré, surfer sur Internet pour vous cultiver, jouer avec vos enfants, sortir avec vos amis, etc. S’il le faut, n’emportez pas trop d’argent avec vous pour vous empêcher d’acheter certains aliments nocifs. Et ne mangez rien jusqu’à ce que vous vous sentez plus fort et mieux soigné. Vous verrez que vous n’aurez même plus envie de manger ce gâteau ou ce paquet de chips dont vous raffolez tous les jours.  

Sources:


Vérifiez également

paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale : qu’est-ce que c’est ?

Le cerveau, avec le cœur, est l’un des organes vitaux de notre corps. Ce qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *