Accueil / Perte de poids / Manger tard : 4 raisons de gain de poids

Manger tard : 4 raisons de gain de poids

Des débats tournent et continuent de tourner autour du fait de manger tard. La grande question qui se pose est : cette habitude alimentaire fait-t-elle grossir ou pas ? Or chacun mange à des heures lui convenant pour une raison ou pour une autre : travail de nuit, voyages, études, habitude, ect. Cependant, si votre but est de perdre du poids, cela pourrait-il être la cause de votre prise de poids ? En considérant que la réponse soit oui, dans quelle mesure ?

Manger tard fait trop manger

Manger tard peut être associé au gain de poids, car les personnes qui mangent tard ont tendance à consommer plus de calories par jour en général, et cela quel que soit le moment choisi. Il faut se souvenir que manger plus de calories qu’il n’en faut entraînera toujours une prise de poids.

Des chercheurs se sont penchés sur le sujet. Ils ont mené des études(1) sur l’apport calorique de 59 personnes et leur moment de repas. Il en était ressorti que les personnes qui mangeaient tard consommaient globalement plus de calories que celles qui prenaient leur dernier repas plus tôt.

Une autre étude a montré les effets de prise de poids dans le fait de manger tard. Les participants qui mangeaient entre 23 h et 5 h du matin consommaient environ 500 calories de plus par jour que ceux qui limitaient leur consommation à la journée. Au fil du temps, la personne qui mange tard a pris 4,5 kg de plus. Dans ce cas, manger tard peut faire grossir uniquement si vous prenez un surplus de calories.

Manger tard interfère sur l’horloge circadien

L’une des explications qui affirme que manger tard fait grossir est l’impact sur votre rythme circadien. Prenez l’exemple de l’insuline. Cette hormone est responsable de l’acheminement du sucre dans votre sang jusqu’aux cellules du corps pour l’approvisionnement en énergie. Elle suit votre horloge circadienne.  Ainsi, en mangeant tard, les cellules de votre corps deviennent plus résistantes à cet hormone. Cela augmente le risque d’accumulation de graisse corporelle, d’obésité et de diabète de type 2. En effet, il ne faut pas oublier que durant la nuit le corps pense que vous devriez dormir et jeûner.

En outre, manger tard peut causer des troubles du sommeil. Après une mauvaise nuit de sommeil, les niveaux d’hormones qui déclenchent l’appétit augmentent, tandis que les hormones qui atténuent la faim diminuent, selon une étude(3) publiée en 2013 dans The Proceedings of the National Academy of Sciences. Une méta-analyse(4) publiée dans Sleep, portée sur 634 511 personnes dans le monde, a révélé que celles qui manquent souvent de sommeil souffrent de prise de poids et d’obésité.

Manger tard instaure de mauvaises habitudes alimentaires

Manger tard entraîne non seulement l’excès de nourriture, mais également le mauvais choix alimentaire. Le soir, les choix d’aliments sont souvent restreints. Vous êtes obligés de composer avec ce qui vous est disponible. Vous pourriez donc être plus enclins à choisir des aliments malsains, riches en calories et avec peu de valeur nutritive. C’est souvent le cas pour les personnes qui travaillent la nuit. De nombreuses études(5) suggèrent que les travailleurs de nuit s’adonnent souvent aux grignotages d’aliments malsains pour des raisons pratiques.

Le problème n’est pas quand vous mangez, mais ce que vous mangez

Le moment où vous mangez peut ne pas du tout être la cause de votre gain de poids. Cela peut surtout concerner le type d’aliments que vous mangez. Si vous prenez des repas la nuit, pensez à mieux contrôler ce que vous mangez. Si en plus vous suivez un régime amaigrissant, vous pourrez sûrement améliorer vos résultats de perte de poids en y prêtant plus d’attention. Les points suivants pourraient être la cause de votre gain de poids.

Repas riche en sucre et/ou glucides

Selon Lori Zanini, diététicienne californienne et éducatrice en diabète agréée, en Californie : « Si vous mangez des aliments riches en sucre et en matières grasses, vous risquez de vous coucher avec un taux de glycémie élevé. »

Zanini constate aussi quelques effets négatifs chez des patients en surpoids souffrant de dysfonctionnement métabolique. Elle observe qu’en mangeant des repas riches en glucides avant de se coucher, le taux de glycémie chez ces personnes chutent en piqué toute la nuit. « Cette hypoglycémie réveille les gens dès qu’ils s’endorment et les empêche de se rendormir après, ce qui perturbe le sommeil normal. » dit-elle.

Repas trop gros

Manger de gros repas la nuit peut entraîner des taux de glycémie particulièrement élevés et, avec le temps, une accumulation de graisse, une résistance à l’insuline et le diabète de type 2.

Repas trop copieux

La docteure Caroline Cederquist, médecin bariatrique explique : « Manger un repas copieux, tard le soir augmente également le risque de brûlures d’estomac. Le reflux œsophagien survient souvent lorsque l’estomac est plein et que nous nous couchons, ce qui déverse le contenu de l’estomac dans l’œsophage, entraînant l’inconfort et le manque de sommeil. »

Le type de faim

Il faut également citer la faim émotionnelle à l’origine du manger. Le type de faim peut aussi contribuer dans le mauvais choix d’aliments. La faim revêt plusieurs formes dont la faim physique et celle causée par le stress, l’anxiété, l’ennui ou la tristesse.

La fatigue

La fatigue provoque l’augmentation de l’apport alimentaire et à un désir d’aliments riches en calories. Cela peut être dû à des changements hormonaux qui influencent l’appétit pendant le manque de sommeil.

Mangez-vous tard la nuit ? Pensez-vous que cela vous fait grossir ?

Références :

  1. Reid KJ, Baron KG2, Zee PC. Meal timing influences daily caloric intake in healthy adults. Nutr Res. 2014 Nov;34(11):930-5. doi: 10.1016/j.nutres.2014.09.010. Epub 2014 Oct 2.
  2. Gluck ME, Venti CA, Salbe AD, Krakoff J. Nighttime eating: commonly observed and related to weight gain in an inpatient food intake study. Am J Clin Nutr. 2008 Oct;88(4):900-5.
  3. Frédéric Tremblay, Sophie Brûlé, Sung Hee Um, Yu Li, Kohei Masuda, Michael Roden, Xiao Jian Sun,‖ Michael Krebs, Roberto D. Polakiewicz, George Thomas, and André Marette. Identification of IRS-1 Ser-1101 as a target of S6K1 in nutrient- and obesity-induced insulin resistance. Proc Natl Acad Sci U S A. 2007 Aug 28; 104(35): 14056–14061. Published online 2007 Aug 20. doi: 10.1073/pnas.0706517104.
  4. Cappuccio FP, Taggart FM, Kandala NB, Currie A, Peile E, Stranges S, Miller MA. Meta-analysis of short sleep duration and obesity in children and adults. Sleep. 2008 May;31(5):619-26.
  5. Gifkins J, Johnston A, Loudoun R. The impact of shift work on eating patterns and self-care strategies utilised by experienced and inexperienced nurses. Chronobiol Int. 2018 Jun;35(6):811-820. doi: 10.1080/07420528.2018.1466790. Epub 2018 May 8.

 

 

 

 

 

Vérifiez également

être assis mincir

Être assis : 8 astuces pour l’éviter et maigrir

Être assis trop souvent constitue un frein si vous voulez réduire considérablement votre poids. Ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *